Jim Watson a présenté, cette semaine, son bilan de ses cinq années à la direction du conseil municipal d'Ottawa. Un bilan très positif, évidemment, auquel il pourra certainement ajouter quelques fleurons lors de la prochaine campagne électorale municipale dans trois ans.

L'ancien ministre libéral provincial ne pouvait espérer meilleur résultat électoral le 19 octobre. L'Ontario et Ottawa sont plus « rouges » qu'elles ne l'ont été depuis 10 ans, autant à Queen's Park qu'au Parlement.

Jim Watson a pourtant obtenu des conservateurs le financement fédéral pour la phase 1 du train léger. Et des engagements de tous les principaux partis durant la campagne électorale pour la phase 2.

On a toutefois senti un véritable soupir de soulagement de sa part, au lendemain des élections avec la venue d'un gouvernement libéral. Il parle d'une approche plus « coopérative » avec le nouveau gouvernement fédéral. C'est presque un euphémisme de sa part.

Des commentateurs politiques citent même quelques noms de députés locaux qui pourraient devenir ministres ou secrétaires parlementaires (Andrew Leslie, Catherine McKenna, Mauril Bélanger, David McGuinty).

Les grands projets

Jim Watson n'est pas celui qui a traversé les tempêtes au conseil municipal, lorsque les grands projets du parc Lansdowne et de la phase 1 du train léger ont pris forme.

Sil n'est pas à l'origine de ces projets, il a le mérite, avec deux mandats très majoritaires, d'avoir ramené l'harmonie au conseil. Difficile pour quiconque, il faut dire, d'argumenter au conseil contre un maire qui a reçu l'appui de plus de 75 % de la population, et ce, dans presque tous les quartiers de la ville.

La phase 2 sera son projet à lui, du début à la fin. Un projet de 3 milliards de dollars. Un peu plus de 5 milliards, si l'on inclut la phase 1, répartis à parts plus ou moins égales entre les différents gouvernements.

Si tout porte à croire qu'il trouvera les fonds fédéraux et provinciaux, son défi le plus grand sera probablement de trouver le financement pour sa propre part de tout le projet, soit environ 1,7 millard de dollars. Une somme colossale pour Ottawa, qui a des dépenses budgétaires annuelles de plus de 3 milliards.

Des tours à condos pour payer le train léger?

C'est là que l'opposition risque d'être la plus forte. Pour financer sa part du train léger, le maire compte en partie sur la densification du centre-ville et autour de chacune des stations du futur train léger.

C'est logique, autant d'un point de vue financier qu'environnemental. Plus nombreux les gens vivront près du train léger, plus nombreux ils seront tentés de l'utiliser. Et plus de propriétés représente aussi plus de revenus pour la Ville.

On a vu les tours à condos pousser sur la rue Rideau, près de la future station du même nom. Et nous verrons bientôt celles qui pousseront autour de la station Carling, dont deux gratte-ciel d'une quarantaine d'étages et un de 55 étages.

Vers une densification d'Ottawa

La « densification » n'est certainement pas un mot tabou sous l'ère Watson. Et cela bouscule certains résidents, qui s'opposent à d'autres projets de grands édifices, pas nécessairement justifiés par la proximité du futur train léger.

Parlez-en à l'association communautaire Action Côte-de-Sable, qui en appelle d'un projet de 14 étages (au départ de 18 étages), à l'angle de Rideau et Coburg. Ou à ceux du quartier Kitchissipi, qui ont été déçus par l'approbation, mercredi dernier, du projet révisé d'un édifice massif de 12 étages du promoteur Mizrahi.

Ce projet, au coin des rues Wellington et de la promenade Island Park, est situé sur un terrain vacant depuis des années et contaminé par une ancienne station-service.

« Pour moi, la priorité est d'éliminer les sites vides, parce que ce n'est pas bon pour le quartier et ce n'est pas bon, certainement, pour le budget de la Ville d'Ottawa », a dit le maire pour expliquer son changement de position sur ce projet. Il fallait trouver un compromis viable et acceptable, a-t-il ajouté.

Jim Watson sera peut-être le maire des grands projets. Mais il sera également celui des grandes tours à condos. Ottawa sera transformée par le train léger. Le paysage de plusieurs de ses quartiers aussi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine