Retour

Jocelyn Blondin déposera une résolution pour se dissocier de la position du maire

Le conseiller municipal gatinois Jocelyn Blondin n'a toujours pas digéré le passage du maire Maxime Pedneaud-Jobin en commission parlementaire, pour discuter de l'imposition de frais de croissance par la municipalité au nom de la ville de Gatineau. Mardi, M. Blondin déposera une résolution pour que certains élus puissent se dissocier de la position du maire.

Au cours des dernières semaines, M. Blondin a dénoncé la position du maire qui veut imposer des frais de croissances au gouvernement pour de nouvelles écoles et de nouveaux pavillons dans les hôpitaux.

Selon lui, la construction d'écoles et autres institutions publiques contribue à enrichir la société et les frais de croissance ne devraient pas s'appliquer.

L'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ) en Outaouais profite de la dissension au sein du conseil pour réitérer son désir de participer au débat.

L'APCHQ veut proposer à la Ville de Gatineau certaines idées issues de son mémoire présenté en commission parlementaire, même si les deux parties sont devant les tribunaux concernant ces frais de croissance.

Selon le directeur de l'APCHQ, Benoit Mottard, un crédit serait équitable pour les premiers acheteurs qui auraient à assumer la croissance sans pour autant être pénalisés.

« On demande au citoyen de payer pour les anciennes infrastructures, mais les nouveaux acheteurs de maisons neuves sont obligés de payer pour les nouveaux et les anciens », dénonce M. Mottard.

« Alors il y a une double taxation et faudrait prévoir par exemple un crédit à ces gens-là pour être plus équitables », poursuit-il.

L'Association confirme que depuis 2012, la construction a chuté de 44 % en Outaouais et que sa proposition pourrait rendre les frais de croissance acceptables aux yeux des constructeurs d'habitation.

Selon les informations de Louka Jacques

Plus d'articles

Commentaires