Retour

Jour de mobilisation pour faire d'Ottawa une ville officiellement bilingue

Des militants franco-ontariens sont descendus dans les rues de la capitale nationale, mercredi, pour revendiquer que la Ville d'Ottawa adopte le statut de ville officiellement bilingue.

Des centaines de personnes sont descendues dans les rues d'Ottawa pour une marche qui commençait en matinée au parc Strathcona sur le chemin Range pour se rendre à l'hôtel de ville, sur la rue Laurier. Jeunes et moins jeunes ont participé à la marche. Même la candidate au poste de commissaire aux langues officielles du Canada, Madeleine Meilleur, était présente.

La mobilisation était organisée par l'Association des communautés francophones d'Ottawa (ACFO), la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO), le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO), de même que les organismes partenaires de l'initiative #OttawaBilingue.

« Ce rassemblement est principalement axé sur la jeunesse et je crois que le mouvement mérite d'être mené par la jeunesse parce qu'on parle de la pérennité du bilinguisme, de pérennité de la francophonie ici à Ottawa et lorsque nous parlons de pérennité, nous parlons de jeunesse », explique Pablo Mhanna-Sandoval, futur président de la FESFO.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, a souvent dit qu'Ottawa s'était doté d'une Politique sur les services en français en 2001, que ce dispositif est efficace et qu'il assure des services en français comme en anglais. M. Watson n'a pas participé à la manifestation et n'a pas rencontré les manifestants, lui qui prenait la route de Montréal pour rencontrer le maire Denis Coderre.

En soirée, un ralliement citoyen a également eu lieu à l'École secondaire publique De La Salle.

Mardi soir, le regroupement #OttawaBilingue a toutefois annoncé qu'il se contenterait de la politique municipale de Jim Watson sur le bilinguisme si celui-ci promettait d'en faire un règlement en vertu de la Loi sur les services en français.

Cette stratégie législative du regroupement #OttawaBilingue a été présentée à sept députés fédéraux.

Un règlement en vertu de la Loi sur les services en français permettrait d'assurer la pérennité du niveau de bilinguisme dans la capitale du pays, et ce, malgré les changements de gouvernements municipaux.

Un appui de taille

Le chanteur louisianais Zachary Richard, bien au fait des combats menés par les francophones partout en Amérique du Nord, a récemment donné ouvertement son appui à la désignation d'Ottawa comme ville officiellement bilingue.

« Je pense que publiquement, les symboles sont très importants et de ne pas reconnaitre la deuxième langue officielle du Canada dans sa capitale est pour moi un symbole de notion de dominance de la langue et de la culture anglaises. C'est tout simplement malheureux », a-t-il déclaré en entrevue à Radio-Canada.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine