La dernière édition du Giro Rosa, le pendant féminin du Tour d'Italie, a fortement souri à Karol-Ann Canuel. La cycliste canadienne et sa formation ont brillé de tous leurs feux lors des deux dernières semaines pour ainsi se couvrir de plusieurs honneurs.

Un texte de Félix St-Aubin

La manche italienne s'est amorcée du bon pied pour Canuel, auteur de la meilleure performance en lever de rideau le 30 juin. Son couronnement au contre-la-montre par équipe, qui s'est couru entre Aquilée et Grado, lui a permis d'endosser le prestigieux maillot rose, synonyme de meneuse au classement cumulatif.

La principale intéressée a obtenu ce statut pour la première fois de sa carrière après une course impeccable. Si le triomphe de la formation Boels Dolmans était prévisible à l'issue de l'étape initiale, l'écart avec l'équipe la plus proche (16 secondes) avait de quoi surprendre.

Et dire que son vélo est arrivé en sol italien la journée même du lancement des hostilités. Une situation qui rappelle tout son sens à l'expression « minuit moins une ».

Canuel n'a pas su maintenir son emprise sur le sommet du classement général durant plus d'une journée. Elle a finalement abouti au plus que respectable 5e échelon. Le fruit de son travail a notamment propulsé sa coéquipière Anna van der Breggen jusqu'au rang de championne de l'événement.

Cette victoire de la coureuse néerlandaise est d'autant plus satisfaisante qu'elle s'ajoute au titre remporté par Boels Dolmans. D'ailleurs, jamais le maillot rose n'a quitté la formation qui est basée aux Pays-Bas.

Parer à toute éventualité

Bon an mal an, l'itinéraire du Tour d'Italie féminin est en quelque sorte une boîte à surprises pour les athlètes qui s'adonnent à cette compétition.

« On ne sait jamais à quoi s'attendre avec le Giro Rosa. Parfois, les parcours ne [ressemblent] pas à ce que l'on pense, ils sont différents sur la route. Et, des fois, c'est plus dur que ce que ça semblait être », a remarqué Canuel.

Aux dires de Canuel, elle aurait pu maximiser davantage sa préparation avant d'aborder les 10 étapes italiennes. Trois journées avant que la compétition prenne son envol, la Québécoise de 29 ans était en action lors des Championnats canadiens du contre-la-montre.

Sa présence à Gatineau, où elle a récupéré le titre national qu'elle avait d'abord gagné en 2015, a quelque peu empiété sur sa volonté de parfaire son rendement à l'aube de l'une des épreuves phares de la saison de cyclisme.

« La journée du contre-la-montre [le 27 juin, NDLR], je partais aussi pour l'Europe pour venir concourir au Giro Rosa, donc ça s'est vraiment passé vite. Mais j'ai quand même travaillé sur mon contre-la-montre et sur les montées, puisqu'au Giro Rosa il y a tout le temps de longues montées. »

Une acclimatation aisée

Canuel est depuis peu l'une des 11 porte-couleurs de la formation néerlandaise de Boels Dolmans. Elle a en effet intégré le groupe en 2016 après que Velocio-SRAM eut été dissoute.

La triple championne du contre-la-montre par équipe (2014, 2015 et 2016), sous trois uniformes différents (Specialized-Lululemon, Velocio-SRAM et Boels Dolmans), apprécie grandement ce nouveau chapitre de sa carrière.

« Ça va super bien, ç'a vraiment été une adaptation facile pour moi. Il y avait quelques filles que je connaissais déjà dès mon arrivée parce que j'avais couru avec elles l'année précédente », a-t-elle confié.

« Cette année, l'équipe a un peu changé comparativement à l'an passé, mais je trouve que la structure et le caractère restent les mêmes, a-t-elle poursuivi. Je pense que c'est ça qui fait qu'on est capables de gagner. »

Les cyclistes de Boels Dolmans sont familières aux grands honneurs. Cette réussite qui leur colle à la peau ajoute de la pression sur les épaules des membres de l'équipe, mais Canuel ne s'en fait pas outre mesure.

« Depuis que j'ai joint Boels Dolmans, on gagne quand même souvent. On est habituées à gérer la pression, on prend une journée à la fois et on essaie simplement de donner notre 100 %. »

À long terme, les yeux de Canuel sont tournés vers les mondiaux de cyclisme sur route. La lauréate des trois dernières éditions du contre-la-montre par équipe n'est pas rassasiée, une quatrième médaille d'or pointe dans sa ligne de mire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine