Retour

Kathleen Wynne contre-attaque les franchisés Tim Hortons

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, accuse les propriétaires de cafés Tim Hortons de se servir de leurs employés comme des pions pour s'opposer à la hausse du salaire minimum mise en place par son gouvernement.

Vendredi, Kathleen Wynne a publié un message sur son compte Twitter accompagné d'un lien vers un article de CBC sur des franchisés de la région de Durham qui auraient réduit les avantages sociaux consentis à leurs employés pour compenser la hausse du salaire minimum.

Dans cet article, on fait état d'une note interne transmise aux employés dans laquelle l'entrepreneur attribue la perte d'avantages sociaux à la hausse du salaire minimum. Le franchisé encourage ensuite ses employés à se plaindre auprès de Mme Wynne, dont il donne ses coordonnées, et à lui faire savoir qu'ils ne voteront pas pour les libéraux aux prochaines élections en juin.

Kathleen Wynne réplique qu'elle est toujours prête à discuter avec des entrepreneurs de la hausse du salaire minimum, mais elle trouve « injuste et inacceptable » que les employeurs s'en prennent à leurs employés pour se venger.

Plus tôt ce mois-ci, Kathleen Wynne a accusé les enfants des fondateurs de la compagnie, qui détiennent deux franchises Tim Hortons à Cobourg d’« intimider » leurs employés en coupant sur les pauses rémunérées et les avantages sociaux en réponse à l’augmentation du salaire minimum.

Une porte-parole de l’Association des franchisés Great White North, qui représente plusieurs propriétaires de cafés Tim Hortons, dit ne pas vouloir commenter la dernière déclaration de la première ministre.

Le salaire minimum en Ontario est passé de 11,60 $ à 14 $ de l’heure le 1er janvier.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards