Retour

Kathleen Wynne envisage un âge minimum de 19 ans pour la consommation de cannabis

En visite à Ottawa vendredi, la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne a précisé qu'elle était en faveur d'un âge minimum de 19 ans pour l'achat du cannabis une fois qu'il sera légalisé.

« J'ai du mal à imaginer qu'on ait un âge différent pour autoriser la consommation de l'alcool et du cannabis », a déclaré la première ministre, lors d'un point presse à l'issue de sa visite dans un centre d'innovation pour les véhicules sans conducteur de la firme BlackBerry à Kanata.

Mme Wynne a souligné néanmoins que toutes les décisions entourant la légalisation de la marijuana n'avaient pas encore été prises. « Il y a une concertation qui se fait », a-t-elle précisé.

La première ministre a ajouté qu'il est important pour son gouvernement d'être « sur la même longueur d'onde » que celui du Québec à ce sujet.

Elle a affirmé que le gouvernement aura un rôle important à jouer dans le cadre du processus de distribution. Il serait toutefois encore trop tôt pour décider si la LCBO devrait vendre le cannabis ou si le gouvernement devrait mettre en place un mécanisme permettant de contrôler sa distribution.

Les impacts de la hausse du salaire minimum

La première ministre a été interrogée sur les résultats d'un sondage en ligne de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) révélant que 34 % des petites et moyennes entreprises (PME) songeaient à vendre ou à fermer leur compagnie ou à quitter l'Ontario en raison de l'augmentation du salaire minimum. Elle a alors assuré qu'elle protégeait les PME.

« Nous avons dit assez clairement que nous allions travailler avec les petites entreprises », s'est défendue Mme Wynne. « Je me suis engagée à aider les entreprises et je me suis engagée à ce que les gens soient traités de façon juste ».

Sur l'achat d'Avista par Hydro One

Par ailleurs, la première ministre de l'Ontario a défendu l'achat de la société de services publics du nord-ouest des États-Unis, Avista, par Hydro One, qui est en partie propriétaire d'une usine au charbon du Montana.

Kathleen Wynne a expliqué qu'Hydro One avait pris une décision d'affaires en concluant cette transaction d'une valeur de 6,7 milliards de dollars. Elle y voit l'occasion pour l'Ontario de devenir un leader et de convaincre d'autres juridictions d'abandonner le charbon.

Elle espère que l'entreprise de gaz naturel et d'électricité suivra les traces de l'Ontario en fermant son usine au charbon.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine