Retour

L'absence de pluie inquiète des agriculteurs de l'Ontario

L'absence de précipitations depuis le début de l'été inquiète les éleveurs et les agriculteurs dans le sud et l'est de l'Ontario. Certains producteurs ont même déjà perdu une partie importante de leur première coupe de foin. 

Un texte de Édith Drouin

Tout comme l'herbe qui jaunit, les fourrages, comme le foin, sont touchés par le temps sec. Les pertes sont grandes sur les terres de Philippe Etter, un producteur laitier de l'est de l'Ontario. Il dit avoir récolté près 50 % de foin en moins que d'habitude.

Par chance, l'herbe amassée est de bonne qualité, dit l'agriculteur. Il possède aussi des réserves de l'année précédente en prévision de ce genre d'événement.

Philippe Etter qualifie néanmoins cette sécheresse d'inhabituelle.

Le producteur dit voir les plants pâlir et se détériorer. Il estime que la sécheresse aura un impact sur la culture du maïs et du soya si elle se prolonge encore quelques semaines.

C'est d'ailleurs déjà le cas sur les terres agricoles de Rodolphe Zubler à Ridgetown, dans le sud-ouest de l'Ontario. Le tiers de sa production souffre de l'absence de précipitation, notamment ses plants de soya, de maïs et de haricots. Il décrit ses derniers comme inégaux; certains ont poussé alors que d'autres n'ont pas encore germé.

L'agriculteur sait déjà qu'il y aura des pertes et ne cache pas son inquiétude.

Inquiétant, mais pas alarmant

Le directeur général de l'Union des cultivateurs franco-ontariens se fait rassurant. Simon Durand estime que la situation n'est pas encore alarmante.

Selon lui, les consommateurs ne devraient pas en ressentir les conséquences pour le moment. 

Certaines parties de l'est et le sud-ouest de la province ont connu des averses au cours de la nuit de dimanche et lundi matin. La quantité de pluie tombée était toutefois insuffisante pour remédier à la situation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine