Retour

L’Albertain Jean Johnson est élu à la tête de la FCFA

Les délégués de 18 associations membres de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) ont choisi le changement, samedi à Ottawa. À l'issue d'un vote très serré, ils ont élu l'Albertain Jean Johnson pour un premier mandat à la tête de l'organisme.

Deux tours ont été nécessaires pour que le Franco-Albertain devance la présidente sortante de la FCFA, la Franco-Manitobaine Sylviane Lanthier. Un bulletin invalide a fait en sorte que M. Johnson a finalement gagné la majorité sur un total de 17 bulletins.

Président de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) de 2004 à 2009, M. Johnson est revenu à la tête de l'association provinciale en 2013, avant d’être réélu en 2015. Visage connu de la francophonie en Alberta, M. Johnson a également été conseiller municipal dans la petite ville de McLennan, dans le nord-ouest de la province.

M. Johnson, heureux d'obtenir ce mandat, a souligné que le choix était difficile pour les membres. « Dans le processus, il y a eu un vote de confiance envers Sylviane Lanthier », a-t-il estimé.

De son côté, la présidente sortante semblait ébranlée par la défaite. « C'est la première fois qu'on voit ça à la FCFA, avoir deux rondes. C'est serré, alors je suis évidemment déçue, mais je l'accepte », a-t-elle indiqué. « J'aime beaucoup la FCFA, j'aime beaucoup la francophonie canadienne et je suis fière de ce que j'ai fait. »

Un homme d'action

Le nouveau président a expliqué sa victoire en affirmant que les membres souhaitaient « un modèle d'action » pour la FCFA. Le nouveau président avait déjà indiqué qu’il souhaitait s'attaquer à trois dossiers : les programmes de langues officielles en éducation, le recensement de 2021 pour la représentation des communautés francophones et la modernisation sur la Loi sur les langues officielles.

« Je suis une personne qui veut de l'action et des résultats, qui veut embarquer dans des discussions avec les élus et les sénateurs sur la colline du Parlement. Je pense que les gens ont voulu accorder le mandat à la personne qui était prête à faire ce genre de travail », a-t-il dit.

Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Carol Jolin, a quand à lui jugé que le résultat témoignait d'une volonté de renouveau au sein du conseil d'administration de la FCFA. « On sait que M. Johnson prônait certains changements et que Mme Lanthier prônait davantage la continuité », a-t-il mentionné.

Le défi de rassembler les troupes

Étant donné que le vote a été très partagé, le premier défi du nouvel élu sera de créer l'unité au sein de ses troupes.

« Ça ne donne pas un mandat qui est très clair, ce qui fait qu'il va y avoir beaucoup de travail à faire pour ramener tout le monde ensemble et donner une nouvelle vision pour la FCFA », a commenté Kevin Arseneau, président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick.

« La première chose pour moi est de réconforter ceux qui n'étaient pas allés du côté du choix Jonhson et de mériter leur confiance », a pour sa part reconnu M. Johnson.

Soulignons que la controverse suscitée par la nomination de l'ancienne ministre libérale ontarienne Madeleine Meilleur au poste de commissaire aux langues officielles par le gouvernement Trudeau a divisé les communautés francophones du Canada au cours des dernières semaines.

Avec les informations d’Antoine Trépanier et Yasmine Mehdi

Plus d'articles

Commentaires