Retour

L'ancien député d'Orléans Royal Galipeau est mort

L'ancien député conservateur d'Ottawa-Orléans à la Chambre des communes, Royal Galipeau, est décédé samedi après-midi au campus général de l'Hôpital d'Ottawa, après un long combat contre le myélome multiple. Il avait 71 ans.

Son ancien adjoint de direction, Bryan Michaud, a confié à Radio-Canada que les proches de M. Galipeau s'attendaient à un tel dénouement lorsqu'il a été admis à l'Hôpital d'Ottawa il y a quelques semaines.

« C'est sûr que ça donne un coup, c'est avec tristesse qu'on a appris cela. On est quand même heureux que ça se soit passé paisiblement cet après-midi », a-t-il indiqué.

Originaire de St-Isidore, dans l'Est ontarien, M. Galipeau s'était d'abord fait connaître comme conseiller municipal du quartier Gloucester, à la Ville d'Ottawa. Il laisse dans le deuil sa femme Anne et leurs quatre enfants.

Royal Galipeau s'est surtout illustré sur la scène fédérale en représentant la circonscription d'Ottawa-Orléans de 2006 à 2015, année où il sera défait par le candidat libéral Andrew Leslie.

Ce dernier lui a d'ailleurs rendu hommage en fin de soirée, sur les médias sociaux.

M. Galipeau a également piloté plusieurs dossiers liés à la francophonie, dont la création de la radio CJFO (devenue Unique FM), le financement du 400eanniversaire en Ontario français et la création de TFO. Il a également milité pour la création de la Journée nationale de l'arbre.

Le député d'Ottawa-Orléans a aussi travaillé afin d'obtenir du financement pour la seconde phase du train léger lorsqu'il était député sous le gouvernement de Stephen Harper.

Un homme passionné

Son adjoint Bryan Michaud se souvient d'un élu « très intéressé aux enjeux locaux ».

« Royal Galipeau, depuis l'âge de 10ans qu'il écrivait des discours à saveur politique! Il a été impliqué d'abord avec le Parti libéral, puis plus tard avec les conservateurs », a-t-il dit.

Celui que plusieurs surnommaient « le gentleman d'Orléans » pouvait également en mener large au Parlement. Ça a été le cas en 2007, lorsqu'il a eu une altercation en chambre avec le député libéral d'Ottawa-Sud, David McGuinty.

Le député d'Ottawa-Orléans s'était alors emporté en chambre quand son adversaire libéral l'a accusé de n'avoir rien fait pour défendre le programme de contestation judiciaire, alors aboli par le gouvernement de Stephen Harper.

Après l'intervention de M. McGuinty lors de la période de questions, Royal Galipeau a quitté son siège et a ensuite traversé la chambre pour aller injurier son collègue.

« Clairement, dans ce cas-ci, M. Galipeau était totalement hors de contrôle et je veux dire totalement hors de contrôle [...] Quatre à cinq députés autour de moi ont dû lui dire de quitter », avait alors raconté M. McGuinty, tout en précisant que le député conservateur l'avait agrippé à l'épaule.

M. Galipeau avait alors déclaré que sa réaction a été causée par une attaque injustifiée, puis s'était excusé de ses actes. En tant que vice-président de la chambre, une fonction à laquelle on associe un devoir de réserve, M. Galipeau disait ne pas avoir les armes pour se défendre.

« J'ai été embusqué par un député de l'opposition, ce qui m'a grandement surpris, car c'est un homme que je respecte [...] Alors, ça m'a surpris. Maintenant, ce qu'il a fait était répréhensible, ce que j'ai fait pour lui faire des remontrances, c'était également répréhensible », avait-il dit.

Un homme respecté

Les réactions n'ont pas tardé à affluer sur les réseaux sociaux, alors que la famille conservatrice canadienne est en deuil. Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Sheer, s'est dit « attristé » par la nouvelle.

« Royal était l'ami de notre grande famille conservatrice et un fidèle représentant des gens d'Ottawa-Orléans. Nos pensées sont avec la famille de Royal et ses proches », a déclaré le chef conservateur sur Twitter.

Plusieurs autres anciennes figures de proue du parti comme Jason Kenney, James Moore et l'épouse de l'ancien premier ministre Stephen Harper, Laureen, ont aussi salué l'ancien politicien. Le maire d'Ottawa, Jim Watson, a également transmis ses sympathies à la famille de M. Galipeau.

« Royal a toujours été un vrai gentleman et était une voix passionnée pour les gens d'Orléans, que ce soit comme conseiller municipal, comme membre du conseil d'administration des bibliothèques ou comme député », a souligné M. Watson sur les réseaux sociaux.

Avec les informations de Nathalie Bastien, Dominique Degré et Antoine Trépanier

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards