Retour

L'Armée du Salut sommée de rehausser la sécurité autour de son refuge au centre-ville d'Ottawa

Le conseiller du quartier Rideau-Vanier affirme qu'il a perdu confiance dans la capacité de l'Armée du Salut à assurer la sécurité de ses usagers et des lieux autour du Centre Booth, situé à l'intersection des rues George et Cumberland, au centre-ville d'Ottawa.

Mathieu Fleury ajoute que la situation est urgente, à la lumière de l'assassinat d'une jeune femme de 30 ans, Kayla Sullivan, devant le refuge de l'Armée du Salut, il y a quelques jours.

La Ville s'inquiète surtout des activités criminelles qui se déroulent près du Centre Booth, notamment du trafic de drogue.

Mathieu Fleury dit avoir rencontré les dirigeants du Centre Booth à six reprises, au cours des trois derniers mois, pour corriger la situation.

Depuis, l'établissement nettoie régulièrement les lieux, enlève les déchets, a amélioré l'éclairage extérieur et a retiré les téléphones publics, qui servaient souvent aux transactions de drogue.

Mais le conseiller Fleury attend toujours que l'Armée du Salut établisse clairement une zone extérieure pour ses clients fumeurs.

Selon lui, cela permettrait de départager les véritables usagers du refuge des flâneurs. Les policiers pourraient alors intervenir plus efficacement, si nécessaire, pour maintenir l'ordre.

Mathieu Fleury se dit insatisfait de la réponse de l'organisme caritatif, qui a annoncé l'embauche de gardes de sécurité supplémentaires.

« C'est un pansement, puis c'est une réponse médiatique. Il faut avoir une stratégie commune pour régler cet enjeu-là », soutient-il.

Il rappelle que la Ville d'Ottawa verse 26 millions de dollars à trois refuges de sans-abri, dont le Centre Booth de l'Armée du Salut.

Avec les informations du journaliste Stéphane Leclerc

Plus d'articles