Retour

L'avocat Stéphane Langlois suspendu temporairement par le Barreau du Haut-Canada

L'avocat Stéphane Langlois, de Rockland, a vu son permis suspendu sur une base temporaire, jeudi matin.

Un texte de Denis Babin

Celui-ci, représenté par un avocat, était présent lors de l'audience, qui s'est tenue devant le tribunal du Barreau du Haut-Canada, à Toronto.

Cette suspension fait suite à une plainte déposée par deux avocats du cabinet juridique de Stéphane Langlois auprès du Barreau, la semaine dernière.

Selon une déclaration sous serment, remplie par le vérificateur judiciaire du Barreau responsable de l'enquête, les deux plaignants ont indiqué avoir « de bonnes raisons de croire que l'avocat avait détourné de 3,5 à 4 millions de dollars à partir de fonds détenus dans des comptes en fiducie » dans deux institutions financières.

Une lettre révélatrice

D'après cette déclaration sous serment obtenue par CBC, une lettre de la Banque TD retrouvée sur le bureau de Stéphane Langlois, a vraisemblablement mis la puce l'oreille des employés du cabinet.

Dans la lettre, l'institution financière a avisé Stéphane Langlois « qu'elle terminait sa relation professionnelle avec le cabinet et qu'elle fermerait tous les comptes », y compris celui en fiducie.

Le 23 août dernier, l'un des plaignants s'est aperçu que le compte de la Banque TD sous la supervision de Stéphane Langlois « avait un déficit fiduciaire ».

« Alors qu'il y aurait dû y avoir environ 2,5 millions de dollars dans le compte de la Banque TD, il n'y avait que 150 000 $ », peut-on lire dans la déclaration sous serment.

Du Canada au Brésil?

Toujours d'après le document, les deux plaignants ont aussi dit qu'il y avait lieu de croire que Stéphane Langlois « risquait de fuir au Brésil ».

On mentionne dans la déclaration sous serment que l'avocat « s'était récemment fiancé à une femme brésilienne et que des employés avaient entendu l'avocat se renseigner sur la façon de transférer de l'argent au Brésil ».

Le 24 août en soirée, le vérificateur judiciaire du Barreau dit s'être entretenu en personne avec les deux plaignants, ainsi qu'avec un autre avocat du cabinet.

La comptable employée par Stéphane Langlois a aussi participé à cette rencontre

« Une vie extravagante »

Le vérificateur raconte, entre autres, qu'il a demandé aux trois avocats et à la comptable si Stéphane Langlois avait « des problèmes personnels ».

Ces derniers ont indiqué au vérificateur judiciaire que l'avocat « jouait à des jeux d'argent, qu'il vivait de façon extravagante et avait plusieurs voitures ».

Dans le document, on apprend aussi que « l'affaire a été rapportée » à la Police provinciale de l'Ontario (PPO).

À ce jour, Stéphane Langlois n'a aucun antécédent disciplinaire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une bulle gèle sous nos yeux





Concours!



Rabais de la semaine