Retour

L’entraîneur-chef des Griffons au Mexique pour le Championnat du monde junior de football

Pour les prochains jours, Sébastien Tétreault vivra pour le football 24 heures sur 24. L'entraîneur-chef des Griffons du Cégep de l'Outaouais se trouve à Mexico avec l'équipe canadienne de football, qui tentera de défendre son titre au Championnat du monde junior.

Un texte de Kim Vallière

La formation est arrivée lundi matin et profite de quelques jours de préparation avant son premier match, samedi, contre la Suède.

Les Canadiens disputeront trois rencontres en sept jours, un rythme presque insoutenable pour les 45 joueurs et leurs entraîneurs.

« C’est très intense comme tournoi », lance Tétreault sans hésiter. « Il va vraiment falloir gérer les efforts donnés, surtout à Mexico, en altitude, au mois de juillet, dans une ville qui est très polluée. »

Le Québécois agira comme entraîneur de la ligne défensive, la position à laquelle il a évolué pendant sa carrière de joueur, notamment avec les Gee-Gees de l’Université d’Ottawa.

Il n’est que l’un des deux seuls entraîneurs de calibre collégial présents avec Équipe Canada. Tous les autres dirigent des équipes universitaires un peu partout au Canada. Steve Sumarah, des Ravens de l’Université Carleton, est l’entraîneur-chef de cette formation qui regroupe des joueurs de 18 et 19 ans.

« Le fait de découvrir des joueurs de différentes provinces au Canada, de voir comment le football se déroule dans d’autres pays, c’est très intéressant aussi », explique celui qui est aux commandes des Griffons depuis 2013. « D’avoir la chance de côtoyer des coachs universitaires à travers le pays et de prendre l’information de ces gens-là et d’échanger, c’est très positif sur toute la ligne »

Un titre à défendre

Le Canada a remporté le titre mondial lors du dernier Championnat junior en 2016, grâce à une victoire de 24-6 contre les États-Unis.

Nos représentants débuteront la défense du trophée contre la Suède. Les États-Unis, le Mexique, l’Australie et le Japon tenteront de les déloger.

Si les équipes nord-américaines sont les favorites à chaque édition de l’événement, les formations européennes et asiatiques sont également à surveiller.

« Drôlement, en Asie, le football est quand même bien développé », avance Tétreault. « Le Japon, c’est une équipe qui peut surprendre avec sa vitesse. On connaît un peu comment ils sont disciplinés en général et le football, c’est un sport de discipline. »

Souvenirs de 2006

À l’été 2006, le Canada affrontait les États-Unis en finale du Championnat mondial de football junior. Tétreault y était, cette fois comme joueur.

Les souvenirs de ce tournoi sont gravés dans sa mémoire. Les Canadiens ont battu les Américains 10-0 pour soulever le trophée et terminaient du même coup l’événement avec une fiche parfaite en défense, après n’avoir accordé aucun point à leurs adversaires.

« D’être aux États-Unis, dans le Pontiac Silverdome à Détroit et entendre l’hymne canadien chanté en étant champion mondial, c’est un moment qui est assez spécial. C’est sûr que ça, c’est une fierté pour moi », explique l’entraîneur, sourire aux lèvres.

Avec le petit groupe d’athlètes qu’il dirigera, il tentera d’aider les jeunes canadiens à accomplir le même exploit que lui, il y a 12 ans.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine