Quoi de plus réconfortant qu'une visite à la maison? Ivanie Blondin n'a pas l'habitude de faire un détour par Ottawa pendant la saison de patinage de vitesse longue piste, mais cette année, elle avait besoin de faire une exception.

Un texte de Kim Vallière

« La saison a été longue pour moi. Ç'a été difficile mentalement et physiquement », explique l'athlète qui a remporté les Championnats du monde à l'épreuve de départ groupé.

Blondin est également montée quatre fois sur le podium (deux fois 2e et deux fois 3e) dans cette discipline.
Des succès dont elle est fière, particulièrement parce qu'elle a douté, à un certain moment, de sa capacité à terminer la saison.

« J'avais vraiment besoin d'un titre pour finir l'année. Je n'ai pas eu une bonne course aux 3000 mètres aux Championnats du monde et ça m'a vraiment démotivée. J'avais beaucoup de difficulté à voir un futur positif après cette course », admet l'Ontarienne de 25 ans.

Ses séances d'entraînement à l'Ovale olympique de Calgary n'ont plus la même saveur depuis que son groupe d'entraînement est passé d'une dizaine de personnes à seulement deux athlètes. Blondin raconte que la motivation se fait plus rare dans ce contexte : « C'est difficile de ne pas avoir le support mental et physique d'un groupe. »

Sa compétitivité a toutefois eu le dessus sur les embûches. Elle adore l'épreuve du départ groupé parce qu'il n'y a que très peu de règles et qu'elle se retrouve au coude à coude avec ses adversaires. « Même si je ne me sens pas prête, quand je suis à la ligne de départ, je suis capable de me concentrer sur ce que j'ai à faire et d'oublier ce qui se passe à l'extérieur », indique la championne du monde.

La visite de Blondin à Ottawa ne dure qu'une semaine, mais lui a donné l'énergie nécessaire pour compléter sa saison. Elle sera de retour sur la glace pour les Championnats mondiaux toutes distances, à Berlin, les 5 et 6 mars.

Plus d'articles