Retour

L’ex-directeur adjoint de la police de la MRC des Collines contestera son congédiement

EXCLUSIF - L'ex-directeur adjoint du Service de sécurité publique de la MRC des Collines-de-l'Outaouais, Sylvain Tanguay, veut blanchir sa réputation devant les tribunaux, après avoir été congédié au terme d'une enquête interne le 15 juin.

Un texte de Guillaume Dumont

Me Thomas Villeneuve soutient que son client, Sylvain Tanguay, n’accepte pas son congédiement. Il souhaite « rétablir les faits » et retrouver son poste de directeur adjoint le plus rapidement possible.

« M. Tanguay tente de demeurer serein, malgré la tempête qui s’abat. C’est évidemment une situation extrêmement difficile à vivre; on parle pour un policier de la sanction ultime qui est la destitution, avec toutes les répercussions que ça peut avoir sur sa personne et sa famille. »

M. Tanguay entend donc contester son congédiement en vertu de la Loi sur la police, devant la Cour du Québec, selon l’avocat.

Une poursuite pour dommages sera aussi déposée au civil, selon son avocat. « M. Tanguay, vu selon nous l’atteinte à la réputation qu’il a subie, les préjudices, le stress et les inconvénients, aura de toute évidence une action en dommages pour obtenir compensation face à l’injustice qu’il subit. »

Un « bouc émissaire »?

Sans vouloir entrer dans les détails des raisons invoquées par la MRC pour le congédiement, Me Villeneuve affirme que son client s’était vu confier la mission de redresser des manquements commis par des policiers de son corps de police et qu’il en paye maintenant le prix.

« On a confié la mission à M. Tanguay de venir éradiquer des manquements qui sévissaient au sein du service de police. Selon moi, il a été le bouc émissaire, la cible de façon injustifiée, par rapport au fait qu’il faisait son travail comme il se devait de le faire. »

Une enquête interne houleuse

En février dernier, Radio-Canada révélait qu’une enquête interne était menée par l’équipe des ressources humaines pour vérifier certaines allégations concernant M. Tanguay.

À cette époque, le préfet de la MRC, Robert Bussière, avait affirmé que l’employé était suspendu avec salaire pour examiner un dossier concernant les relations de travail.

M. Bussière assurait alors que pour des raisons légales, mais aussi pour protéger la réputation de M. Tanguay, il ne pouvait pas révéler les raisons de la vérification et de la suspension.

« On a du travail à faire, des recherches sur des choses qui pourraient s'être passées. Je pense qu'en tout respect avec la personne, en tout respect avec nos employés, il est préférable, bien sûr, qu'on s'en tienne à ça », avait-il déclaré.

M. Tanguay occupait le poste de directeur adjoint du corps policier de la MRC des Collines-de-l’Outaouais depuis 2012, mais comptait plus de 19 ans d’ancienneté. En tant qu’inspecteur-chef, il était responsable de superviser la division des enquêtes criminelles.

Climat de travail difficile à la police de la MRC des Collines

Selon nos sources, le climat de travail est tendu depuis plusieurs années à la police de la MRC des Collines.

Des employés disent cependant avoir noté une grande amélioration depuis l’arrivée d’un nouveau directeur général par intérim, Yves Charette, en mars. Ce dernier remplaçait Denis St-Jean, qui a pris sa retraite.

Plus d'articles

Commentaires