Retour

L'ex-otage Joshua Boyle libéré en attendant son procès pour agression sexuelle et séquestration

L'ex-otage canadien en Afghanistan Joshua Boyle a été libéré, vendredi après-midi, dans l'attente de son procès pour agression sexuelle et séquestration.

Le juge Robert Wadden lui a imposé plusieurs conditions, dont celle de porter un bracelet de localisation GPS. Boyle doit d'ailleurs retourner au centre de détention pour qu'on lui installe ce bracelet avant de pouvoir recouvrer sa liberté.

Il devra demeurer chez ses parents à Smiths Falls, au sud d'Ottawa, sauf pour des rendez-vous médicaux, des rencontres avec son avocat ou pour se présenter devant le tribunal. Boyle et ses parents ont déposé une caution de 10 000 $ chacun.

Le juge lui a interdit d'entrer en contact avec les présumées victimes. Une ordonnance de non-publication interdit de divulguer des informations qui pourraient permettre de les identifier.

Boyle doit aussi remettre son passeport aux autorités et il ne peut pas avoir accès à Internet.

Rappel des faits

Boyle a été arrêté par la police d'Ottawa en décembre et accusé de diverses infractions, y compris des voies de fait, d'agressions sexuelles, de détention illégale et d'avoir poussé une personne à « consommer quelque chose de néfaste, c'est-à-dire de la trazodone », qui peut servir d'antidépresseur.

Les accusations portées contre l'homme de 34 ans concernent deux victimes présumées.

La question de la santé mentale de Boyle a retardé les procédures. Au mois de mars, un juge a accordé plus de temps au médecin qui procédait à l'évaluation psychiatrique de l'accusé.

Son avocat, Lawrence Greenspon, a déclaré que Boyle avait reçu un traitement psychiatrique dans un établissement de Brockville, en Ontario, avant d'être renvoyé dans un centre de détention.

Joshua Boyle et Caitlan Coleman faisaient du tourisme en Asie centrale à l'automne 2012 lorsqu'ils ont été kidnappés dans une région montagneuse située à une quarantaine de kilomètres de Kaboul, en Afghanistan.

Le couple et leurs trois enfants ont été secourus au mois d’octobre 2017, cinq ans après leur enlèvement en Afghanistan. Leurs trois enfants sont nés en captivité.

Avec les informations de Julie-Anne Lapointe et Kristy Nease

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine