Retour

L'heure de la rentrée a sonné sur le campus de l'Université d'Ottawa

Les étudiants sont nombreux à participer aux semaines d'accueil et d'intégration organisées par l'Université d'Ottawa et par la Fédération étudiante (FÉUO), mais le risque de débordements, et de violences sexuelles dans un contexte de consommation de drogue et d'alcool inquiète sur le campus.

Les esprits sont toujours marqués par le Tour des anciens, cette activité à caractère sexuel qui a éclaboussé l'Université d'Ottawa alors que des milliers de nouveaux étudiants vivent actuellement la semaine d'intégration. Pour éviter tout débordement cette année, les associations étudiantes ont pris plusieurs dispositions.

Plus de 4300 nouveaux étudiants de l'Université d'Ottawa ont fait leur entrée en résidence universitaire. Les efforts déployés par l'Université d'Ottawa pour lutter contre les débordements sont multiples, mais les risques demeurent bien réels.

« Je suis d'accord qu'il y a un problème avec les violences sexuelles sur le campus. C'est pour ça que chaque année on fait une formation avec 1500 guides pour la prévention de la violence sexuelle », explique la vice-présidente aux communications de la FEUO, Kathryn LeBlanc.

Près de 1500 étudiants, ont reçu une formation approfondie pour être en mesure de réagir sur le campus dans le cadre de la Semaine d'intégration.

« Il y a cinq ans quand je suis allée à l'Université d'Ottawa pour la première fois, il n'y avait pas de politique sur la violence sexuelle ni de règlementation là-dessus. Maintenant, il y en a une, puis c'est la FEUO qui pousse pour améliorer la politique et avoir une politique plus puissante pour les survivants des agressions et violences sexuelles », soutient Mme LeBlanc.

Par ailleurs, la FEUO offre pour la première fois cette année une formation à ses guides pour sensibiliser les étudiants aux dangers des opioïdes.

« La crise des opioïdes est une affaire très sérieuse surtout lorsqu'il est question de la région d'Ottawa, parce que nous voyons de plus en plus de surdoses survenir », explique Eve Staszczyszym, Guide pour la Semaine 101 de la FEUO.

Il faut dire qu'il y a les événements officiels de l'Université d'Ottawa, mais il y a aussi des événements organisés de façon plus clandestine aux abords du campus.

Ces rassemblements, plus difficiles à contrôler, peuvent donner lieu à des dérapages, comme ça été le cas l'an dernier lors du Vet Tour.

L'Université d'Ottawa propose différentes ressources sur son site web. Elle organise aussi des activités sur le consentement et les relations amoureuses.

L'établissement estime que la prévention et la sensibilisation sont ses meilleures armes contre les violences sexuelles.

D'après le reportage de Florence Ngué-No

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine