Les joueurs de football qui terminent leur secondaire doivent se démarquer pour obtenir un poste dans une équipe collégiale. Ceux qui espèrent poursuivre leur carrière chez les Griffons du Cégep de l'Outaouais ont eu deux occasions de se faire valoir auprès des entraîneurs de l'équipe lors d'entraînements ouverts.

Un texte de Kim Vallière

Environ 115 recrues ont défilé sous les yeux de l'entraîneur-chef Sébastien Tétreault et de ses ajdoints.

Après la dernière séance, samedi soir, environ le quart d'entre eux sera retranché.

« On va éliminer ceux qui ne sont pas au niveau ou qui ne seront pas en mesure de se tailler un poste avec l'équipe. Tout ceux qui ont encore une chance seront réinvités », affirme Tétreault.

Pas facile de faire bonne impression lors d'un entraînement de trois heures, qui combine des exercices individuels, par position et des simulations de jeux.

Les plus curieux ont pu poser des questions aux vétérans de l'équipe.

« Ils n'ont pas eu beaucoup de temps pour apprendre les jeux, donc ils nous posent des questions. C'est un peu ça notre rôle aussi dans les premiers entraînement, transmettre ce qu'on sait à propos du cahier de jeu », explique le receveur Maxime Aubrey Robillard.

Saut en 2e division

L'hiver est occupé pour Tétreault et sa troupe. Les Griffons ont conservé une fiche parfaite en saison régulière, avant de s'incliner en finale du Bol d'or de la 3e division du football collégial québécois.

L'année 2016 marquera leur saut en 2e division. Une promotion qui amène son lot de travail et de pression.

« Ça demande plus de recrutement parce qu'il faut essayer de retenir les meilleurs joueurs de la région et d'aller en chercher d'autres à l'extérieur. On veut être compétitifs, donc il faut avoir un grand bassin de joueurs talentueux », relate l'entraîneur-chef.

Ses joueurs prennent aussi leur préparation pendant la saison morte plus sérieusement.

« On a des entraînements en gymnase pour notre développement physique, on s'entraîne aussi sur le terrain, on a des séances de yoga. On a aussi des périodes d'études, en plus de nos cours », raconte le receveur Jean-Claude Legris.

Les joueurs des Griffons savent que l'opposition sera plus forte dans la 2e division, mais ils ont hâte de rivaliser avec certaines des meilleures équipes québécoises l'automne prochain.

Plus d'articles