Retour

L’homme abattu dans une boîte de nuit à Ottawa était membre d’un gang

Omar Rashid-Ghader, 33 ans, a été abattu, tôt dimanche, en plein milieu d'une boîte de nuit du marché By, à Ottawa.

L'homme était un membre reconnu des « Ledbury Banff Cripps », un gang de rue qui sévissait dans le sud de la capitale nationale.

Ce groupe s'adonnait à plusieurs activités criminelles, incluant le trafic de drogue.

La victime était bien connue des services policiers et avait déjà été condamnée à de multiples reprises dans les années 2000. Elle avait notamment été reconnue coupable d'agressions à main armée, de possession de drogue et de trafic de stupéfiants.

Suspect recherché 

Par ailleurs, le Service de police d'Ottawa (SPO) est à la recherche d'un suspect, en lien avec cet homicide. Mustafa Ahmed, 28 ans, mesure 180 cm et pèse 64 kg.

Les policiers craignent que le suspect soit armé et dangereux. Toute personne ayant des informations est priée de contacter le SPO.

Une soirée qui se termine mal

L'incident s'est déroulé vers 3 h 20 à l'intérieur du Sentral, une boîte de nuit située rue Dalhousie, non loin de l'intersection de la rue Clarence. Le rappeur américain Maino était la tête d'affiche de la soirée qui devait se dérouler sur place.

Selon les premiers éléments de l'enquête, une altercation se serait produite à l'intérieur de l'établissement, puis des coups de feu ont été entendus. Omar Rashid-Ghader s'est alors effondré au sol.

Des clients du club de nuit se sont précipités à l'extérieur et ont alerté des patrouilleurs qui se trouvaient sur le trottoir d'en face.

Ces derniers ont pénétré dans l'établissement, qui était encore bondé, et ont tenté de réanimer la victime à l'aide d'un défibrillateur. Les ambulanciers paramédicaux sont arrivés ensuite et ont pris le relais.

Ils ont traité la victime qui présentait de multiples blessures par balles, mais malgré cette intervention, l'homme a succombé à ses blessures.

Pour Randy Grenados, qui travaille dans un bar voisin, voir la violence se transporter à l'intérieur d'un établissement est inquiétant. « C'est terrifiant, j'avais déjà vu des bagarres à l'extérieur du bar, et je savais que ce secteur et ce bar étaient discutables », soutient le jeune homme.

Fredericka Gragory, une résidente du marché By, estime que ce 11e homicide de l'année est la goutte qui fait déborder le vase. « On sent depuis les dernières années un certain recul de la sécurité. »

Une enquête complexe

L'Unité des crimes majeurs de la police d'Ottawa mène l'enquête. Pour le moment, les autorités ne détiennent aucun suspect.

Les policiers indiquent que l'enquête est complexe en raison de la taille de la scène de crime et du nombre de témoins.

Plusieurs proches de la victime étaient présents aux abords de l'établissement dans la matinée de dimanche. L'une de ces personnes, qui a préféré taire son nom, affirme qu'elle aussi assistait à la soirée, mais qu'elle a préféré quitter les lieux, avant la fusillade, parce qu'elle n'aimait pas l'atmosphère qui y régnait.

Cet incident à la fin tragique constitue le 11e homicide de cette année sur le territoire d'Ottawa.

Une nuit occupée

Par ailleurs, des coups de feu ont été entendus dans le quartier de Blackburn Hamlet, dimanche.

Aucun blessé n'a été signalé et ces faits ne seraient pas liés à l'homicide du marché By.

Il s'agit des 40e et 41e fusillades de 2016 à Ottawa.

Plus d'articles

Commentaires