Retour

L'homme accusé d'avoir tué Michael Wassill assure que le coup fatal était un « accident »

Carson Morin, l'homme accusé du meurtre prémédité de Michael Wassill, survenu dans la maison de ce dernier à Orléans il y a quatre ans, a déclaré, mardi, lors de son procès au palais de justice d'Ottawa, qu'il avait coupé la gorge de Michael Wassill avec une lame à carton « par accident » pendant une bagarre, et qu'il avait pris la fuite avant d'apprendre que la blessure était mortelle.

D'une voix étouffée et réprimant ses sanglots, Carson Morin a dit aux jurés qu'il n'avait jamais eu l'intention d'agresser Michael Wassill avec une lame à carton lorsqu'il s'est rendu chez ce dernier. Il s'est dit choqué quand il l'a réalisé.

« J'ai vu du sang entre ses doigts et je pensais avoir coupé sa gorge par accident », a-t-il raconté mardi.

Âgé de 24 ans, Carson Morin a plaidé non coupable aux accusations de meurtre prémédité envers Michael Wassill, qui avait 20 ans à l'époque.

La Couronne soutient que Michael Wassill a essayé de protéger une amie qui s'est sentie menacée par Carson Morin après qu'elle a refusé de remettre une partie de ses gains, alors qu'elle travaillait comme strip-teaseuse dans un bar d'Ottawa.

M. Morin a assuré qu'il avait passé un accord avec cette jeune femme et que cette dernière lui devait de l'argent. Elle devait lui donner la moitié de ses gains et vendre de la marijuana à ses clients. En échange, il livrait la marijuana et l'accompagnait sur son lieu de travail.

Juste après l'altercation mortelle entre Michael Wassill et Carson Morin en 2015, ce dernier s'est rendu à la police.

« Je savais que j'allais avoir des ennuis pour avoir blessé Mike », a-t-il souligné durant son témoignage.

Mais avant de se rendre à la police, il s'est arrêté dans un Tim Horton. « J'ai décidé de garder encore un peu le goût de liberté et de prendre une tasse de café », a-t-il continué.

L'avocate de M. Morin, Natasha Calvino, a souligné que son client pleurait pendant le procès et qu'elle voulait savoir s'il avait aussi pleuré avant.

« J'ai pleuré à plusieurs reprises », a répondu son client. « J'en fais des cauchemars. Avoir à vivre avec le fait que vous avez accidentellement ôté la vie de quelqu'un, c'est difficile à gérer et c'est difficile de vivre avec ça. »

Tandis qu'il témoignait, le père de Michael Wassill a quitté la salle d'audience et la mère de Carson Morin a éclaté en sanglots.

Le procès se poursuit mercredi avec le contre-interrogatoire de l'accusé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine