Retour

L'infestation d'un insecte mystérieux irrite une école primaire de Shawville

Une école primaire de Shawville au Québec redouble d'efforts pour lutter contre une mystérieuse infestation d'insectes.

Depuis la mi-avril, les élèves et le personnel de l'école du Dr S. E. McDowell sont victimes d'une petite créature qui pique indifféremment les jambes et les pieds et qui constitue une source croissante de frustration et d'inquiétude à mesure que l'année scolaire s'écoule.

« Cette histoire me fatigue », a réagi Melissa Park, un parent d'élève dont la fille a fait les frais de l'infestation plus tôt ce mois-ci.

Tout comme une centaine d'autres parents, elle a décidé de garder sa fille à la maison pendant quelques jours au début du mois de mai.

Mais la fin de l'année scolaire approchant, elle n'a plus le choix de la renvoyer à l'école.

« Je dois renvoyer mes enfants à l'école parce qu'il y a des examens en ce moment », a-t-elle précisé dans une entrevue téléphonique à CBC.

Jusqu'à maintenant, le personnel de l'école a jeté tous les meubles et les jouets pouvant avoir été en contact avec l'insecte en question.

Une fin de semaine de nettoyage a été organisée il y a deux semaines et des experts en infestation ont été appelés à la rescousse. Récemment, une entreprise a même conseillé un pesticide que le ministère de l'Éducation québécois interdit dans les écoles.

« Et cela fait partie du problème », a expliqué le directeur général de la Commission scolaire Western Québec, Mike Dubeau. « Lorsqu'on nous recommande d'utiliser un certain produit, nous devons vérifier auprès du ministère et ils ont des directives strictes sur les produits que l'on peut utiliser dans les écoles et ceux qu'on ne peut pas utiliser. Alors, il s'agit vraiment de trouver le bon produit pour s'attaquer au problème. »

Parmi les autres difficultés : identifier la bête

L'école a disposé des pièges pour attraper l'insecte, puis a envoyé bon nombre de spécimens dans les laboratoires du ministère de l'Agriculture et Agroalimentaire Canada, mais en vain.

« C'est vraiment une énigme et un mystère », a commenté M. Dubeau.

Jeudi, M. Dubeau a participé à une réunion avec des responsables de la santé publique, des membres en charge du bâtiment et des responsables de l'école pour élaborer un nouveau plan de bataille comprenant une nouvelle fin de semaine de nettoyage de l'école.

Depuis la première fin de semaine de nettoyage, le directeur de l'école a constaté une baisse du nombre d'insectes, a dit M. Dubeau.

Néanmoins, les rapports faisant état de piqûres se multiplient dans l'école et dans le bâtiment qui abrite le personnel enseignant.

« Nous pensons que nous avons limité l'infestation à quelques coupables », a poursuivi M. Dubeau.

Peut-être des acariens?

Depuis, une nouvelle hypothèse a été émise. Il pourrait s'agir d'un minuscule acarien rouge de la famille des Erythraeidae.

D'habitude, ces parasites préfèrent les animaux aux humains, mais piquent les humains quand ils n'ont rien d'autre à se mettre sous la dent.

Les piqûres peuvent provoquer des irritations et des éruptions cutanées.

Mais les responsables de la santé publique ne se disent pas très préoccupés par ce genre de piqûres.

Les parents d'élèves seront informés vendredi sur les détails du prochain week-end de désinsectisation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine