Retour

L'Ontario abandonne les changements proposés aux services de garderie

La ministre de l'Éducation de l'Ontario renonce aux changements proposés aux services de garderie. Liz Sandals en a fait l'annonce mercredi lors de la période de questions à Queen's Park. 

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

La province tente depuis plusieurs années de moderniser les lois et les règlements des services de garderie. Les congés de maternité d'un an et la maternelle à plein temps sont des facteurs dans la refonte que mène le gouvernement. Toutefois, les nombreux foyers à faible revenu, les étudiants et les travailleurs autonomes n'ont pas accès à des congés parentaux prolongés.

Changements anciennement proposés

Dans les garderies présentement, les poupons incluent les enfants jusqu'à l'âge de 18 mois, les bambins de 18 à 30 mois et les enfants d'âge préscolaire regroupent tous ceux qui ont 30 mois et plus.

Les nouvelles réglementations auraient changé ces regroupements. La salle des poupons aurait été occupée par des enfants de 12 mois et moins. Ceux-ci se seraient retrouvés avec les bambins à l'âge d'un an et avec les enfants du préscolaire à deux ans.

Le nombre d'enfants par éducateur formé aurait aussi été différent sous le nouveau régime. Par exemple, un enfant de trois mois aurait été placé dans un groupe moins nombreux dans lequel il y a plus d'éducateurs, alors qu'un enfant de 13 mois se serait retrouvé dans un plus grand groupe avec moins d'éducateurs formés.

Les changements auraient aussi amené de nombreuses modifications pour les locaux abritant les garderies exigeant des investissements importants.

Réactions

Selon des parents, des éducateurs, des organismes de services à l'enfance et des élus municipaux, ces changements auraient limité le nombre de places tout en augmentant les frais de garderie. Ils ajoutent que la réforme allait à l'encontre des objectifs pour rendre les services de garderie plus accessibles et abordables.

La ministre de l'Éducation Liz Sandals affirme que les réglementations telles qu'annoncées par son gouvernement ne seront pas mises en oeuvre. Elle souligne toutefois qu'il y aura des changements, et ceux-ci tiendront compte des préoccupations exprimées lors des consultations publiques.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine