Retour

L'Ontario, la pire province pour le recyclage des contenants jetables

Il y a 30 ans, l'Ontario est devenu un leader international du recyclage en mettant sur pied le système des boîtes bleues, un des premiers systèmes de recyclage à domicile au monde. Aujourd'hui, la province se classe en fin de peloton quant au recyclage, une situation qui ne s'améliore pas depuis 10 ans.

Un texte de Sara-Christine Gemson

Alors que le taux de recyclage des contenants de boissons est d'environ 70 à 80 % dans la majorité des provinces, en Ontario il dépasse à peine les 50 % depuis 10 ans. Seul le Manitoba à un taux de recyclage comparable à celui de l'Ontario.

L'origine du système des boîtes bleues explique en partie ce faible taux de recyclage. Lorsque le système a été mis sur pied durant les années 1980, l'industrie des boissons non alcoolisées a proposé de payer 50 % des coûts si le gouvernement provincial acceptait de réduire le taux de bouteilles réutilisable qu'elle devait utiliser.

Contrairement aux provinces du reste du pays, l'Ontario, de même que le Manitoba, n'a donc plus de consigne sur les bouteilles de boissons non alcoolisées, ce qui a un impact majeur sur les taux de recyclage selon Clarissa Morawski, directrice de CM Consulting et experte des politiques de minimisation des déchets.

Elle souligne que même en Ontario, le taux de recyclage dépasse les 80 % pour les bouteilles d'alcool qui, elles, sont consignées.

Cercle vicieux de consommation

Le faible taux de recyclage du plastique en Ontario fait en sorte que plusieurs compagnies de boissons non alcoolisées de la province doivent utiliser du plastique vierge pour produire leurs bouteilles. Présentement, l'Association canadienne des boissons affirme que ses membres utilisent un maximum de 25 % de plastique recyclé pour leurs bouteilles.

Le président de l'Association, Jim Goetz, affirme que ses membres souhaiteraient utiliser du plastique recyclé, mais ils ont du mal à mettre la main sur une source suffisante et fiable.

« Il y a beaucoup de compétition pour les matériaux recyclés qui sont utilisés dans toutes sortes de produits : des contenants de boissons non alcoolisées, l'industrie automobile se sert de PET (polytéréphtalate d'éthylène) recyclé, les chandails polaires se servent de PET. »

Clarissa Morawski confirme que la façon dont le plastique est recyclé en Ontario, dans les boîtes bleues à domicile, limite l'accès au plastique recyclé de qualité. D'une part, les boîtes bleues combinent toutes sortes de déchets, ce qui contamine les produits qui peuvent être recyclés.

Clarissa Morwaski ajoute toutefois qu'un système de consigne peut créer une source de plastique recyclable qui est propre et fiable. « Le système fonctionne très très bien et peut augmenter les taux de recyclage de 50 à 90 %. En Ontario, on a une grosse population. Il pourrait y avoir un meilleur accès à des matériaux secondaires », explique-t-elle.

L'industrie des boissons non alcoolisées affirme toutefois qu'elle juge que le système des boîtes bleues est très efficace et qu'il faut plutôt miser sur une plus grande sensibilisation du public.

Nouveau projet de loi sur l'économie circulaire

La province reconnaît qu'elle fait piètre figure en ce qui concerne le recyclage. Le ministre de l'Environnement, Glen Murray, affirme que c'est pour pallier ce problème que son gouvernement a mis de l'avant le projet de loi 151, la Loi de 2016 favorisant un Ontario sans déchets.

Le nouveau projet de loi, qui devrait être adopté au mois de mai, va obliger les producteurs à gérer tous les déchets associés à leurs produits et leurs emballages. Les programmes de recyclages déjà en place dans la province intégreront la nouvelle responsabilité des producteurs sans imposer de changements à la façon dont les Ontariens recyclent leurs déchets.

Plus d'articles

Commentaires