Retour

L'Ontario n'a pas l'intention d'abroger la loi qui interdit les pitbulls 

Le procureur général de la province, Yasir Naqvi, a affirmé que l'Ontario n'a pas l'intention d'abolir la loi qui interdit les pitbulls dans la province après le dépôt du projet de loi privé d'une députée néo-démocrate en ce sens.

Un texte de Julie-Anne Lamoureux

Cheri Di Novo a présenté jeudi un projet de loi privé pour la quatrième fois. La députée du Nouveau Parti démocratique (NPD) estime que les pitbulls ne sont pas intrinsèquement agressifs et que la loi qui les interdit n'a pas lieu d'être.

Selon elle, avec la loi en vigueur depuis 2005, le gouvernement a permis que des centaines, voire des milliers, de chiens soient euthanasiés sans raison valable.

La responsabilité des propriétaires

Cheri Di Novo condamne l'approche actuelle qui repose sur l'apparence du chien. Elle préfèrerait une approche qui met l'accent sur la responsabilité du propriétaire avec un système de permis.

C'est ce que fait Calgary où, dit-elle, il y a eu une augmentation du nombre d'amendes, des programmes de sensibilisation pour éduquer le public et surtout, moins d'incidents impliquant des chiens agressifs.

Il faut suivre le même modèle en Ontario, selon elle.

Selon des données du ministère de la Santé de l'Ontario, si le nombre de visites à l'urgence pour des morsures de chien (sans en préciser la race) a diminué après l'entrée en vigueur de la loi, il a ensuite augmenté et poursuivi sa hausse jusqu'en 2015-2016.

Le nombre des hospitalisations pour des morsures de chien a aussi atteint un record en 2015-2016 en Ontario avec 217. 

Le modèle ontarien

En 2005, l'Ontario est devenu la première province canadienne à interdire les chiens pitbulls sur son territoire.

Le procureur général, Yasir Naqvi, estime que la loi a permis de diminuer le nombre de ces chiens dans la province.

Il veut s'assurer que les municipalités appliquent la loi, car il déplore que des incidents surviennent encore. « Nous devons travailler pour que ça ne se produise pas », dit-il.

Un appui au NPD?

Les progressistes-conservateurs sont actuellement en mode consultation et détermineront plus tard s'ils vont appuyer le projet de loi privé de Cheri di Novo.

Le député Jim Wilson reconnaît qu'il s'agit d'un débat très émotif.

Son parti a déjà appuyé l'initiative de Cheri di Novo dans le passé.

Le débat fait aussi rage en ce moment à Montréal alors que la Ville compte contester la décision de la Cour supérieure de suspendre les articles concernant l'interdiction des chiens de type pitbulls contenus dans son nouveau règlement sur le contrôle des animaux.

Plus d'articles