Retour

L'Ontario pourrait changer les règles pour les entreprises qui embouteillent de l'eau

Cette annonce de la première ministre fait suite à des révélations stipulant que l'Ontario facture ces entreprises seulement 3,71 $ pour chaque million de litres d'eau embouteillés.

Kathleen Wynne affirme qu'elle demandera à son ministre de l'Environnement de se pencher sur les permis octroyés aux entreprises qui embouteillent de l'eau dans la province.

Le permis de Nestlé Waters à Aberfoyle, en Ontario, est venu à échéance le 31 juillet.

Kathleen Wynne a déclaré qu'il serait « inapproprié » d'autoriser un nouveau permis à Nestlé Canada selon les anciennes règles.

Nestlé Canada a trois permis qui lui permettent de prendre jusqu'à 8,3 millions de litres d'eau chaque jour pour la mise en bouteilles.

De plus, Nestlé Waters Canada, une division de Nestlé Canada, possède une demi-dizaine de permis délivrés par l'Ontario lui permettant de prendre 12 millions de litres supplémentaires par jour.

Des permis peu chers

La province prélève le montant de 3,71 $ par million de litres embouteillés une fois que les entreprises ont payé un droit de permis de 750 $ pour les prélèvements d'eau à faible ou moyen risque, ou 3000 $ lorsqu'il existe un risque élevé d'effets négatifs sur l'environnement.

Le groupe environnemental Wellington Water Watchers exhorte le gouvernement provincial à ne pas renouveler l'autorisation de Nestlé Waters.

Selon Robin Gow, membre de Save Our Water, les montants perçus par la province sont désuets.

La région dans laquelle se situe Aberfoyle, près de Guelph, est aux prises avec un grave problème de sécheresse.

Nestlé Waters continue d'y extraire de l'eau, car le ministère de l'Environnement dit qu'un permis demeure en vigueur si une demande de renouvellement est présentée au moins 90 jours avant son expiration.

Kathleen Wynne affirme, quant à elle, que cette fenêtre donne au gouvernement une bonne occasion d'étudier d'éventuels changements.

Plus d'articles

Commentaires