Retour

L'Ontario prend les grands moyens pour lutter contre les dépendances aux opioïdes

Le gouvernement ontarien veut réduire les surdoses et les dépendances aux médicaments contre la douleur comme le fentanyl. Sa stratégie comporte une série de mesures pour limiter l'accès aux opioïdes, notamment offrir plus largement le Suboxone, un traitement contre la dépendance, et améliorer les cliniques qui aident les patients souffrant de douleurs chroniques.

Plus tôt cette année, le gouvernement a annoncé qu'à partir du 1er janvier certains médicaments puissants contre la douleur ne seront plus remboursés par le Programme de médicaments de l'Ontario, entre autres, les comprimés de 200 mg de morphine et certains timbres transdermiques de fentanyl.

Les Ontariens qui ont une dépendance aux opiacés, comme l'oxycodone, le fentanyl ou la morphine, ont maintenant accès à un médicament jugé plus sécuritaire que la méthadone, le Suboxone.

Celui-ci est plus coûteux que la méthadone, un substitut synthétique à l'héroïne qui est utilisé depuis des années dans les cures de désintoxication.

Les médecins ontariens prescrivaient le Suboxone de façon limitée dans le passé. Il est maintenant recommandé pour usage général en Ontario.

La province veut aussi améliorer l'accès à la naloxone, un médicament administré en cas de surdose.

Elle investira également 17 millions de dollars annuellement pour financer des cliniques où l'on traite les personnes qui souffrent de douleurs chroniques. Le professeur de sciences sociales Eugene Oscapella voit cette mesure d'un bon oeil.

Face à la multiplication des surdoses liées aux médicaments sur ordonnance et aux opiacés en Ontario et ailleurs au pays, le gouvernement nommera également un coordonnateur qui lancera un système de surveillance et de signalement.

Exemple de la Colombie-Britannique

Le Collège des médecins et chirurgiens de la Colombie-Britannique a déjà aboli, le 1er juillet, les restrictions entourant la prescription du Suboxone.

Un rapport publié en juin recommandait une plus grande utilisation du médicament dans cette province. Selon les chercheurs, le Suboxone réduit les envies d'opioïdes, empêche l'apparition des symptômes de sevrage et contient de la naloxone, un antipoison contre les surdoses d'opiacés.

Le Suboxone, ajoutait le rapport, a été déréglementé en France en 1995. Après cette décision, le pays a connu une baisse de 80 % du nombre de surdoses mortelles causées par des opiacés.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque