Retour

L'Ontario se joint au Réseau des villes francophones et francophiles de l'Amérique

La ministre déléguée aux affaires francophones, Madeleine Meilleur, a confirmé la participation de l'Ontario au Réseau des villes francophones et francophiles de l'Amérique.

De passage à North Bay, à l'occasion du 26e congrès annuel de l'Association française des municipalités de l'Ontario, la ministre Meilleur a vanté les bienfaits qu'aura pour la province une association à l'initiative du maire de Québec, Régis Labeaume.

Le Réseau est une entente de partenariat entre la Ville de Québec, le Secrétariat aux affaires intergouvernementales et de la francophonie et le Centre de la francophonie des Amériques. Il va regrouper des villes du Québec, du Canada et des États-Unis.

Déjà une cinquantaine de villes, dont une partie de leur histoire implique des francophones, ont manifesté leur intérêt, dont Hearst, dans le Nord de l'Ontario. « Je trouve que c'est une très bonne idée pour développer un réseau sur le tourisme dans le nord de l'Ontario et du Québec tout comme à la grandeur du pays », estime Roger Sigouin, dont la petite communauté est majoritairement francophone.

Il s'agit d'un fort outil de promotion touristique pour la francophonie, selon lui. « Quand on promeut Hearst comme le "petit Québec", on y croit, lance Roger Sigouin. On est francophone et on a une chance d'aller montrer qu'on est fier de l'être. »

Il en coûtera environ 200 $ pour les villes désireuses de se joindre au groupe.

Les villes fondatrices du Réseau sont Québec, Lafayette en Louisiane et Moncton au Nouveau-Brunswick. Il sera officiellement fondé lors d'une rencontre qui aura lieu du 29 au 31 octobre à Québec.

Plus d'articles

Commentaires