Retour

L'Ontario songe à rendre obligatoire le compostage

Jeter de la nourriture aux ordures pourrait bientôt être interdit en Ontario. Jusqu'à la fin juillet, la province demande au public de commenter sa Stratégie pour un Ontario sans déchets. Une des mesures proposées : obliger les gens à envoyer leurs déchets organiques au compostage.

Un texte de Natasha MacDonald-Dupuis

Selon le gouvernement, environ le tiers des déchets produits en Ontario en 2014 étaient de la nourriture ou des déchets organiques, comme ceux du jardin. Cela représente 3,6 millions de tonnes. Environ 60 % de ces déchets aboutissent au dépotoir.

L'Ontario souhaite doubler la quantité de déchets organiques acheminés vers des centres de compostage d’ici 2030 et augmenter cette proportion à 80 % d’ici 2050.

Pour ce faire, la province considère plusieurs options, dont celle d’interdire le dépôt de déchets organiques dans les poubelles d'ici 2022.

Un besoin urgent

C'est une initiative qui répondrait à un besoin urgent, estime David Houle, chercheur postdoctoral et spécialiste des politiques en changements climatiques.

Selon un rapport de Statistique Canada, les déchets organiques dans les dépotoirs de l'Ontario ont créé une hausse de 19 % des émissions de gaz à effet de serre de 1990 à 2014.

« Les émissions du secteur des déchets sont en forte croissance. C’est équivalent aux secteurs de l'électricité et de l’agriculture, qui eux par contre diminuent leurs émissions chaque année », précise David Houle.

Des incitatifs financiers

Jusqu'à la fin juillet, la province demande au public de commenter sa Stratégie pour un Ontario sans déchets. Gary Wheeler, porte-parole du ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique, dit que la province étudie la possibilité d'imposer des amendes aux contrevenants.

Selon David Houle, les amendes pourraient inciter les gestionnaires d'édifices de condominiums à installer à chaque étage des vide-ordures, dont certains pour le recyclage et le compostage. Mais encore faut-il sensibiliser les résidents.

« Souvent, ces systèmes sont mal utilisés. Par exemple, des résidents vont y jeter des bouteilles en verre et contaminer les déchets organiques ».

Les citoyens ont jusqu’au 30 juillet pour commenter la stratégie en ligne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine