Retour

L'Ordre des psychologues du Québec accuse une résidente de Gatineau de diagnostiquer la dyslexie sans permis

Présidente du Centre canadien de la dyslexie et fondatrice d'une école privée pour les élèves dyslexiques à Ottawa, Louise Ward fait l'objet de deux accusations de la part de l'Ordre des psycholoques du Québec.

L'Ordre professionnel a porté deux accusations contre Mme Ward pour des événements survenus en avril 2015.

Elle aurait fait une évaluation d'un trouble mental, sans avoir la formation reconnue et l'autorisation, selon l'ordre professionnel.

Plus précisément, il reproche à Mme Ward d'avoir donné lieu de croire à une évaluation de trouble mental et d'autre part d'avoir évalué un trouble mental.

Chacune des accusations est passible d'une amende de 5 000 $.

Résidente de Gatineau, Mme Ward n'a aucun diplôme de psychologue. Elle se déclare autodidacte et assure qu'elle s'est formée elle-même pour venir en aide à son fils dyslexique. Elle a fondé l'Académie Héritage en 1989, une école privée à Ottawa qui aide les enfants dyslexiques et dirige le Centre canadien de la dyslexie, aussi à Ottawa.

Elle rejette totalement les accusations de l'Ordre des psychologues du Québec, puisqu'elle n'a jamais donné de diagnostic de dyslexie.

« Je ne comprends pas pourquoi leur plainte et comment ils peuvent dire que je fais un diagnostic », se défend Mme Ward.

Je ne fais pas de diagnostics, je fais des tests de dépistage de la dyslexie comme ils font aux États-Unis et comme on doit faire partout dans les écoles.

Louise Ward, présidente du Centre canadien de la dyslexie

L'Ordre des psychologues ne veut pas parler de cas spécifiques, mais il ne porte pas d'accusations sans enquête et sans preuve, assure sa présidente, Dre Christine Grou.

Depuis cinq ans, l’Ordre des psychologues surveille l’exercice illégal des activités réservées en lien avec la psychologie, dont la psychothérapie et l’évaluation des troubles mentaux.

Jusqu’à maintenant, il a reçu 1 300 signalements pour exercice illégal et usurpation de titres.

Avec les informations du journaliste Stéphane Leclerc

Plus d'articles

Commentaires