Retour

L'ouverture des commerces du Glebe lors des fériés en voie de se concrétiser

Les commerçants du Glebe, à Ottawa, devraient bientôt pouvoir ouvrir leurs portes certains jours fériés. Le Comité des finances et du développement économique a approuvé, mardi matin, une demande de la Zone d'amélioration commerciale (ZAC) du Glebe pour que ses membres soient exemptés de la Loi sur les jours fériés dans le commerce de détail.

Un texte de Jean-Sébastien Marier

En vertu de la Loi sur les jours fériés dans le commerce de détail, la plupart des commerçants doivent fermer leurs portes lors des journées fériées.

La Ville d'Ottawa peut toutefois accorder une exemption partielle aux commerces d'un secteur à caractère touristique.Ils peuvent alors être ouverts lors de certains congés, comme le jour de la Famille et la fête du Canada.

La majorité des membres du Comité des finances et du développement économique de la Ville d'Ottawa croient que le Glebe relève de cette catégorie.

Selon le maire Jim Watson, les commerçants doivent avoir le choix d'ouvrir ou non leur commerce les jours fériés.

Le conseiller du quartier Capitale, David Chernushenko, appuie aussi la demande d'exemption du Glebe. Il émet toutefois certaines réserves.

« C'est tellement difficile, maintenant, d'être bien payés, de [faire respecter ses droits] », dit-il. « J'ai des craintes qu'il y aura tellement de gens qui vont maintenant être obligés de travailler encore sur des jours fériés [et] qui comptaient sur ces [...] jours de pause. »

Des commerçants du Glebe rétorquent qu'ils respecteront la volonté de leurs travailleurs.

« Les propriétaires de petites entreprises [...] prennent soin de leurs employés », lance la propriétaire de la boutique The Unrefined Olive, Elizabeth Kilvert. « Avoir des employés heureux est nécessaire à la santé de notre entreprise et à son succès. »

Des commerçants d'autres secteurs s'opposent

En ce moment, cinq exemptions à la Loi sur les jours fériés dans le commerce de détail sont en vigueur à Ottawa. C'est notamment le cas de la rue Sparks et du marché By.

La directrice générale de la ZAC du marché By s'oppose pourtant à ce que sa consoeur du Glebe bénéficie du même privilège.

Jasna Jennings se défend d'avoir peur de la concurrence. Elle affirme plutôt que le Glebe, contrairement au marché By, n'est pas un secteur hautement prisé par les touristes.

« On a 26 hôtels [dans le secteur du marché By]. On a six musées », souligne-t-elle.

Le conseil municipal d'Ottawa doit entériner la décision du Comité des finances et du développement économique prochainement.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine