L'Université du Québec en Outaouais (UQO) offrira une bourse d'études à un réfugié syrien nouvellement établi dans la région. L'établissement entend aussi parrainer un nouveau réfugié, chaque année.

Le parrainage va s'effectuer dans le cadre d'un programme de l'organisme Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC), grâce à une bourse d'études et à une collecte de fonds destinées à couvrir les frais de subsistance d'un réfugié syrien pour un an.

L'un des participants au projet, Ampère Amavi-Sidel, lui-même un étudiant immigrant, précise qu'il faudra amasser 25 000 $. « Certaines universités ont demandé un dollar sur les frais de scolarité de tous les étudiants, nous sommes en train de voir avec l'Association générale des étudiants (AGE) de l'UQO si ce serait possible de le faire », explique ce dernier.

« La communauté universitaire de l'UQO se sent profondément interpellée par cette tragédie », affirme la professeure Anyck Dauphin. Elle ajoute que l'aide aux réfugiés syriens s'inscrit dans la mission de l'établissement. « C'est important, parce qu'on l'a vu, il y a plusieurs citoyens québécois qui hésitent face à l'arrivée des réfugiés syriens », ajoute Mme Dauphin.

Activités culturelles

Le documentaire Eau argentée, qui explique le conflit syrien, sera présenté le mercredi 24 février, à 19 h, au pavillon Lucien-Brault de l'UQO. Une exposition de photographies montrant l'étendue de la destruction dans les zones urbaines de Syrie se déroulera également, dès 18 h, dans l'agora du pavillon Brault.

Une conférence sur les réfugiés sera aussi organisée par le professeur et historien Martin Laberge, le jeudi 10 mars, à 19 h, au pavillon Alexandre-Taché. Elle permettra d'analyser la question des réfugiés syriens dans une perspective historique, selon l'UQO.

Plus d'articles