Retour

La Banque alimentaire d'Ottawa sert 41 540 personnes par mois

La pauvreté est encore bien présente à Ottawa et touche beaucoup d'enfants, indique le bilan annuel 2016 de la Banque alimentaire d'Ottawa.

40 % des clients de la Banque font partie d'une famille avec enfants, et 36 % des clients ont des enfants de moins de 18 ans.

Et la faim ne touche pas que les personnes recevant des prestations d'invalidité (8 %), ou bénéficiant de l'aide sociale, même si ces deux groupes représentent la majorité des usagers de la Banque alimentaire (65 %).

Elle touche des gens qui ont perdu leur emploi, qui travaillent au salaire minimum ou qui viennent de s'établir au pays.

26 % des usagers de la Banque alimentaire d'Ottawa ont un diplôme d'études postsecondaires.

Selon les dirigeants de la Banque, une famille de deux enfants ne peut survivre si seulement un des deux parents travaille au salaire minimum.

En fait, selon l'organisme, une famille de quatre personnes a besoin de gagner 45 206 $ pour arriver à joindre les deux bouts.

Des besoins différents

Les responsables de la Banque alimentaire indiquent que la demande pour des produits particuliers augmente.

Il y a de plus en plus de clients qui sont des nouveaux arrivants, aux habitudes alimentaires différentes.

Et on rapporte plus de cas d'allergies alimentaires, qui nécessitent des produits sans gluten ou sans arachides.

Par ailleurs, la malnutrition est également une problématique chez les plus démunis.

La Banque tente de pallier ce problème en fournissant des denrées fraîches, comme des oeufs, des produits laitiers ou de la viande.

Les dons en argent sont donc très appréciés du public, car ils permettent à la Banque d'acheter ces produits.

L'an dernier, l'organisme a dépensé 1,4 million de dollars pour se procurer des denrées fraîches.

Avec les informations de la journaliste Josée Guérin

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine