Retour

La candidature de Patrick Brown pourrait mener à un « fratricide politique »

L'entrée de Patrick Brown dans la course à la direction du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario pourrait mener à des luttes intestines sans merci qui pourraient faire mal au parti, estiment des experts.

« On est dans la période où le parti devrait être en train de rallier toutes ses ressources pour se battre contre Kathleen Wynne », estime Jim Warren, un stratège politique qui a travaillé avec le Parti libéral de l'Ontario.

« Au lieu de cela, ils s’arment les uns contre les autres et sont sur le point de déclencher une fusillade à la OK. Corral », ajoute-t-il, en faisant référence à la plus célèbre fusillade de l'histoire de l'Ouest américain.

« On va assister à une lutte contre alliés, une espèce de fratricide politique, si vous voulez. ».

Changement de stratégie

L'ex-chef Patrick Brown, qui a démissionné dans la foulée d'allégations d'inconduite sexuelle en janvier, a posé à la dernière minute vendredi sa candidature pour redevenir chef.

Les quatre autres candidats, qui se préparaient à affronter des adversaires ayant des avantages politiques à peu près similaires, devront maintenant réviser leurs plans de match pour se concentrer sur Brown.

L'ancien leader a déjà l’appui de nombreux partisans et une vaste expérience politique.

« Il a été chef pendant deux ans et a vendu beaucoup de cartes de membres. Ces nouveaux membres portent-ils allégeance au parti ou à Patrick Brown? » se questionne Jim Warren.

Un cadeau pour les libéraux

Quoi qu’il en soit, la candidature de Patrick Brown est un « cadeau » pour les libéraux, estime le PDG de la firme de relations publiques Navigator et stratège conservateur de longue date, Jaime Watt.

« Ça nuit à tous les candidats en ce moment, alors qu’on se trouve à un point tournant de l'histoire de l'Ontario », dit-il.

La candidature de Patrick Brown doit toujours être approuvée par les dirigeants du parti, qui prendront une décision dans les prochains jours.

Selon Nelson Wiseman, professeur de sciences politiques à l'Université de Toronto, il est possible qu’ils décident de rejeter sa candidature.

« Bien qu'il soit encore membre, le parti pourrait décider qu'il n'est pas un membre en règle, ce qui est l'une des conditions à remplir. »

Mais au moins un député, plusieurs candidats et de nombreux membres du parti ont déjà exprimé publiquement leur soutien à Patrick Brown, signe qu'un mouvement populaire pourrait s’être mobilisé autour de lui.

Le nom du chef sera connu le 10 mars.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine