Retour

La cause de l'affaissement de la rue Rideau toujours inconnue

Six mois après l'apparition d'un trou géant, rue Rideau, au centre-ville d'Ottawa, la Municipalité et le consortium responsable de l'excavation du tunnel pour le train léger ignorent ce qui a causé l'incident.

La Ville et le groupe Rideau Transit tentent toujours de savoir comment l'affaissement du 8 juin dernier est survenu. Les résultats de leurs enquêtes respectives devraient être connus dans quelques semaines, selon Steve Cripps, directeur de la construction de l'O-Train à la Ville d'Ottawa.

Est-ce qu'une conduite d'eau maîtresse s'est rompue entraînant un affaissement ? Ou est-ce plutôt l'excavation du tunnel, se déroulant en dessous, qui a entraîné la formation du trou géant et le bris d'une canalisation ? La réponse à ces questions permettra de déterminer qui sera responsable de la facture de réparation, qui s'élève à des millions de dollars.

« Complètement reconstruire la route et tous les services qui y sont rattachés entraîneront des frais substantiels [trad. libre] », explique le directeur Cripps. « Cela coûtera des millions. C'est difficile de dire si ce sera des dizaines de millions [trad. libre] », précise-t-il.

Jusqu'à maintenant, le groupe Transit Rideau a payé pour toutes les réparations, incluant les millions de dollars nécessaires pour verser une quantité importante de béton afin de stabiliser le site.

Selon un rapport de notification d'incident rempli tout juste une heure après la formation du trou, le bris de la conduite d'eau résultait de l'affaissement, et non l'inverse. Le rapport figurait parmi les 100 pages de documents municipaux obtenus par CBC dans ce dossier grâce une demande d'accès à l'information.

Toutefois, selon Steve Cripps, cette constatation préliminaire n'a pas beaucoup de poids.

Le jour de l'incident, personne n'est en mesure d'évaluer la cause [trad. libre].

Steve Cripps, directeur de la construction de l'O-Train à la Ville d'Ottawa

« Nous sommes six mois plus tard et nous travaillons toujours là-dessus », ajoute-t-il.

La Municipalité utilise ses propres experts

Alors que le groupe Rideau Transit a embauché une compagnie indépendante pour mener une enquête sur les causes de l'affaissement, la Ville a fait appel à ses propres experts, soit les mêmes conseillers techniques (incluant les spécialistes géotechniques et les spécialistes travaillant sur le tunnel) qui supervisent la phase 1 du projet de train léger sur rails.

« Ils connaissent le projet, ils connaissent l'historique de l'endroit, ils connaissent très bien le sol dans ce secteur [trad. libre] », précise M. Cripps. « La Ville n'a pas vu la nécessité de faire appel à une compagnie indépendante », ajoute-t-il.

Le directeur de la construction de l'O-Train à la Ville d'Ottawa précise que le groupe Rideau Transit et la Municipalité sont tous les deux couverts par le contrat d'assurance du projet. Toutefois, rien ne garantit que l'assureur paye la totalité de la facture.

L'assureur devrait par ailleurs lui aussi mener sa propre enquête sur les causes de l'affaissement.

Des factures ont été émises pour la réparation de l'égout pluvial, de deux valves de conduites d'eau et d'autres services desservant les commerces locaux. Toutefois, la Ville ignore encore l'ampleur de la plupart de ces coûts, selon M. Cripps.

Le détournement de la circulation dans le secteur a toutefois coûté 14 662 $ à la Municipalité, en incluant les heures supplémentaires des employés et l'installation de barrières temporaires, selon les documents obtenus.

Une réouverture prévue à la mi-décembre

La rue Rideau est fermée à toute circulation depuis la mi-octobre, alors que l'équipe travaille de façon ininterrompue pour renforcer le terrain où l'affaissement s'est produit. Cela permettra de compléter les 20 derniers mètres de tunnel qui sont creusés sous les lieux.

« Des 2,5 km de tunnel, il s'agit de la seule portion qui n'est pas dans un sous-sol rocheux solide », souligne M. Cripps, qui précise qu'il s'agit de la partie la plus risquée.« Lorsque l'affaissement est survenu, le sol présent à cet endroit depuis 10 000 ans a été perturbé, désagrégé et déplacé un peu partout. Maintenant, nous avons un sol qui n'est pas aussi stable qu'il l'était [trad. libre] », explique-t-il.

La Ville souhaite rouvrir la rue Rideau aux autobus et aux taxis d'ici le 16 décembre.

D'ici là, des enquêteurs continuent à se pencher ce qui s'est produit le jour de l'affaissement et les jours qui l'ont précédé.

« Il y a des milliers d'informations et elles doivent toutes être analysées », souligne M. Cripps.

On s'attend à ce que les enquêtes sur les causes de l'affaissement soient complétées d'ici la fin de l'année. Pour le moment, elles n'ont pas entraîné de retard dans la mise en œuvre du projet.

Le groupe Rideau Transit n'a pas voulu accorder d'entrevue dans ce dossier. Dans un courriel envoyé à CBC, le directeur technique Peter Lauch a précisé que la cause de l'affaissement faisait toujours l'objet d'une enquête et que le consortium n'avait pas d'autres informations à dévoiler.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un pilote frôle le sol





Rabais de la semaine