Retour

La cause des ados accusés en lien avec des alertes à la bombe reportée

Les quatre adolescents de l'Outaouais accusés relativement aux fausses alertes à la bombe dans des écoles du Québec et de l'Ontario seront de retour devant la Chambre de la jeunesse à Gatineau le 7 décembre prochain.

La comparution a été remise pour permettre à la Couronne de terminer la divulgation de la preuve. Certains éléments de preuves, qui doivent être extirpés d'objets saisis chez les suspects, n'ont toujours pas été traités par les enquêteurs.

Les avocats de deux des accusés ont toutefois laissé entendre qu'ils pourraient déposer des éléments capables de disculper leurs clients avant la prochaine comparution.

Âgés de 16 à 17 ans, les adolescents sont originaires des municipalités de Chelsea, de Wakefield et de L'Ange-Gardien. Ils sont soupçonnés d'être à l'origine des courriels de menaces envoyés dans 80 cégeps et écoles secondaires le 3 novembre dernier.

Ils sont notamment accusés de menaces, de menaces de mort et de complot.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine