Retour

La citation patrimoniale du Quartier du Musée reviendra devant le conseil municipal de Gatineau

Le conseiller du district de Hull-Wright, Cédric Tessier, enclenchera un processus permis par la Loi sur le patrimoine culturel du Québec afin de forcer le conseil municipal de Gatineau à se prononcer à nouveau sur la citation patrimoniale du Quartier du Musée.

Mardi après-midi, après un long débat, la proposition des fonctionnaires municipaux d'accorder une citation patrimoniale à une portion du secteur entourant le Musée canadien de l'histoire a été rejetée.

Mais le vote indicatif s'est soldé par un résultat égal : neuf conseillers ont voté contre et neuf ont voté pour. En vertu des règles de procédure du conseil municipal, la proposition a été automatiquement rejetée.

La Loi sur le patrimoine culturel du Québec autorise un conseiller municipal à déposer un avis de motion pour autoriser l'administration municipale à préparer un règlement de citation patrimoniale pour un bien ou un site particulier, même si le conseil municipal s'y oppose.

Ce projet de règlement de citation doit toutefois être approuvé par le conseil à une rencontre ultérieure. M. Tessier a indiqué son intention de déposer cet avis de motion à la prochaine rencontre du conseil municipal.

Selon la directrice du Service de l'urbanisme et du développement durable (SUDD), Catherine Marchand, le vote sur cette motion aurait lieu le 28 août.

Un conseil partagé

La décision du conseiller Tessier de se prévaloir de cette option dans la Loi sur le patrimoine culturel du Québec est survenue à la suite d'un long débat sur une proposition de citation patrimoniale présentée par l'administration municipale.

Le SUDD s'est penché sur la question et en est venu à la conclusion que la désignation assurerait une « protection significative du cœur historique et des bâtiments d'intérêt en marge de celui-ci, tout en assurant une cohérence d'ensemble le long d'un même îlot ou tronçon de rue ».

Les fonctionnaires du Service de l'urbanisme proposaient de désigner une portion du quadrilatère délimité par les rues Victoria et Laurier, et les boulevards des Allumettières et Maisonneuve.

Le débat sur la protection du Quartier du Musée s'est fait avec un éléphant dans la pièce : le projet Place des peuples du groupe Brigil.

Un vote sur Place des peuples

De nombreux conseillers ont vu dans cette proposition de citation patrimoniale une façon de bloquer le projet de tours du promoteur immobilier.

C'est le cas du président du comité exécutif et conseiller du district du Carrefour-de-l'Hôpital, Gilles Carpentier, qui s'est d'ailleurs dit déchiré par la question, parce qu'il croit à la protection du patrimoine.

« Je crois humblement que le quadrilatère ciblé est exagéré et que la valeur patrimoniale ne s'applique pas à tous les édifices à l'intérieur dudit quadrilatère », a expliqué M. Carpentier.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, avait fait plus tôt un vibrant plaidoyer pour la protection du Quartier du Musée, soulignant qu'il était possible de permettre l'érection de Place des peuples dans le centre-ville tout en protégeant une zone chargée d'histoire.

« J'ai visité des terrains où des tours sont prévues et autorisées [dans] notre plan particulier d'urbanisme. Certains ont parlé de la Fonderie où la taille du terrain permet à peu près n'importe quel aménagement. D'autres ont parlé des terrains de Zibi, immenses eux aussi, tout aussi près du parlement », a relaté le maire. « Comme ville, nous avons des endroits pour des condos, des hôtels et des observatoires. »

Non à la citation, oui aux tours Brigil

Plusieurs conseillers contre la citation ont clairement indiqué qu'un vote pour la citation patrimoniale était un vote contre le projet du groupe Brigil.

La conseillère du district Parc-de-la-Montagne-Saint-Raymond, Louise Boudrias, a souligné que cette citation signifierait que le conseil est contre des projets innovateurs. Elle a également accusé les conseillers d'Action Gatineau de s'opposer au développement de la ville.

Malgré les assurances des fonctionnaires municipaux qu'une citation patrimoniale ne freinerait pas les investissements et le développement dans le Quartier du Musée, mais « rendrait ce développement plus difficile, car il devrait s'harmoniser » avec le caractère patrimonial du secteur, certains conseillers ont affirmé que la citation empêcherait tout développement d'envergure.

Le conseiller Jean-François LeBlanc a par ailleurs fait l'apologie des tours de 35 et de 55 étages proposées par le groupe Brigil, rue Laurier, devant le Musée canadien de l'histoire.

La conseillère du district de Limbour, Renée Amyot, a fait remarquer que le patrimoine ne pouvait bouger et que les conseillers avaient une responsabilité de le protéger.

La conseillère du district de l'Orée-du-Parc, Isabelle Miron, a rappelé que les résidents du quartier et les Gatinois ont été consultés et se sont prononcés très majoritairement pour la citation patrimoniale et qu'il faudrait peut-être les écouter.

« Ça a été une consultation très populaire, contrairement à certaines de nos consultations qui font patate, pour le dire poliment », a soutenu Mme Miron.

Le débat sur la citation du Quartier du Musée est donc loin d'être terminé.

Le conseiller Tessier affirme qu'il espère pouvoir poursuivre les discussions avec les opposants à la citation et en arriver à un consensus. Il se dit prêt à des compromis pour assurer une meilleure protection de cette zone historique du Vieux-Hull.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Plus d'articles