Retour

La Commission scolaire des portages-de-l'Outaouais veut améliorer ses écoles

La Commission scolaire des portages-de-l'Outaouais (CSPO) veut changer sa méthode d'évaluation de l'indice de vétusté de ses écoles pour espérer recevoir du financement afin de rénover ses établissements scolaires.

Lundi, le gouvernement du Québec a annoncé son intention d'investir près de 740 millions de dollars pour rénover des écoles au Québec

Le directeur général de la CSPO, Jean-Claude Bouchard, espère que le calcul de l'indice de vétusté des écoles utilisé par sa commission scolaire, crucial pour Québec afin de déterminer quelles écoles seront rénovées en priorité, soit modifié.

Selon lui, même si la majorité des écoles de la région obtiennent la note de passage, dans certains cas ça ne veut pas dire qu'elles sont en parfait état.

« On veut mettre à jour l'état de nos bâtiments, ce n'est pas à la hauteur que l'on souhaite. On a un travail à faire à ce niveau-là. D'ailleurs, on a embauché une firme d'expert qui présentement travaille sur la déclaration à Québec de l'état de nos bâtiments », a-t-il dit.

Le calcul pour l'indice de vétusté est la valeur des rénovations à effectuer pour les cinq prochaines années divisée par la valeur totale du bâtiment à rénover.

Des parents dont les enfants fréquentent l'école au Coeur-des-Collines à La Pêche croient que leur école devrait être rénovée bien que sur papier la situation ne le recommande pas.

Lors de la dernière évaluation de vétusté, effectuée l'an dernier, cette école avait obtenu une note de A. Or, l'automne dernier, une infiltration d'eau s'est produite lors des pluies diluviennes. Entre autres, le toit et les plafonds de l'établissement devraient être remplacés.

Avec les informations de Laurie Trudel

Plus d'articles