Retour

La controverse s'invite en fin de course dans Ottawa-Vanier

La fin de la course dans Ottawa-Vanier ne se fait pas sans heurt. Les questions linguistiques et Donald Trump se sont invités dans les débats politiques, à quelques jours du vote qui déterminera qui prendra l'ancien siège de Madeleine Meilleur.

Le candidat progressiste-conservateur, André Marin, et son adversaire libérale, Nathalie Des Rosiers, amorcent le sprint final de leur campagne électorale en faisant du porte-à-porte pour la dernière fois avant l'élection partielle de jeudi.

Tous deux préféreraient toutefois serrer des mains et écouter les doléances des électeurs, plutôt que de défendre des membres de leur équipe.

M. Marin a été forcé de réagir à la publication d'une photo dans laquelle deux membres de son équipe montrent leur appui au président désigné américain, Donald Trump. Le cliché, publié sur Twitter, a depuis été retiré.

André Marin défend la liberté d'opinion de son entourage, mais il préfère prendre ses distances quant au nouveau président américain.

« Je ne suis pas un supporteur de Donald Trump. Je crois que ses politiques sont dangereuses », martèle-t-il.

L'ancien ombudsman de l'Ontario déplore toutefois le fait que la photo en question figure en pièce jointe dans un courriel envoyé par le Parti libéral de l'Ontario pour inciter les gens à voter.

Mme Des Rosiers se défend de vouloir se faire du capital politique sur le dos des partisans de M. Trump.

« Je veux que les gens réalisent la différence et que c'est important d'aller voter au lieu de se dire : "J'aurais dû le faire" », explique l'avocate, qui doit elle aussi composer avec la controverse en cette fin de campagne.

Certains des bénévoles qui oeuvrent pour elle se sont adressés uniquement en anglais à des résidents francophones d'Ottawa-Vanier, une circonscription reconnue pour son caractère bilingue. La candidate libérale affirme qu'il s'agit d'une erreur, qu'elle s'empresse de corriger elle-même.

« Quand ça arrive, c'est moi qui les appelle après en français après pour m'excuser », affirme Mme Des Rosiers.

Les deux candidats à l'élection partielle s'entendent toutefois sur une chose : l'importance du dossier des coûts d'électricité pour les citoyens de leur circonscription.

« Quand j'évoque Kathleen Wynne et les tarifs d'électricité dans la même phrase, les gens ont une réaction physique. Ils sont tannés », illustre M. Marin.

Son adversaire libérale croit plutôt qu'une réduction des coûts de production va éventuellement stabiliser les tarifs.

Mme Des Rosiers croit aussi que les soins de santé et la dette sont des sujets préoccupants pour les gens d'Ottawa-Vanier.

D'après les informations de Michel-Denis Potvin

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?