Retour

La création de supercliniques médicales reçoit un accueil partagé en Outaouais

L'annonce du ministre de la santé du Québec, Gaétan Barrette, lundi, d'ouvrir 50 super cliniques au Québec d'ici 2 ans fait réagir les professionnels de la santé.

Alors que des médecins remettent en question le modèle retenu par le gouvernement, le syndicat des infirmières des hôpitaux de Hull et de Gatineau doute que les supercliniques permettent d'améliorer l'accès aux soins de santé.

Le ministère de la Santé a identifié cinq zones potentielles où des supercliniques pourraient ouvrir leurs portes en Outaouais, d'ici 2018. La plupart seraient à Gatineau et une autre, dans la MRC des Collines-de-l'Outaouais.

Il y a déjà deux projets sur la table dans la région, dont celui de la Coopérative de santé de la Basse-Lièvre, dans le secteur de Buckingham, qui souhaite devenir la première superclinique de l'Outaouais.

Interrogé sur les paramètres fixés par Québec, un des 19 médecins de la coopérative, la docteure Mélanie Lacasse, voit difficilement comment la clinique pourra ouvrir ses portes pendant 12 heures les fins de semaine et les jours fériés, sans médecins supplémentaires.

Elle ne croit pas non plus que les supercliniques permettront le suivi des patients à long terme.

La FIQ déçue

De son côté, le Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires se dit déçu du modèle proposé par Québec.

Sa présidente, Lyne Plante, indique que le gouvernement pourrait améliorer l'accès aux soins de santé, en donnant plus de place aux infirmières praticiennes et en redonnant aux CLSC un rôle de premier plan.

D'après les informations de Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine