Retour

La CSPO veut une solution concertée pour le campement près du Gîte Ami

Avec arrivée du printemps, la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO) s'inquiète du retour des itinérants, à côté du Gîte Ami, sur le bord du ruisseau de la Brasserie.

Selon les responsables de la CSPO et la direction de l'École secondaire de l'Île, l'an dernier, plusieurs plaintes ont été déposées et des altercations ont eu lieu entre des itinérants et des élèves du secondaire.

D'autre part, pendant la période estivale, il y a des camps de jour dans le secteur et la cohabitation n'est pas évidente.

La présidente de la CSPO veut que la Ville, mais aussi d'autres partenaires, tels que le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de l'Outaouais, collaborent activement pour trouver des solutions.

« Ce n'est pas juste une question de clôture ou de « pas dans ma cour ». C'est vraiment d'être en mesure d'assurer la sécurité de nos élèves et en même temps d'aider ces gens-là dans leur problématique d'itinérance », précise Johanne Légaré.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, reconnaît qu'il y a un problème, mais il affirme qu'il est difficile à régler.

Selon lui, d'une part la lutte contre l'itinérance est l'affaire de tous, donc il n'y a pas un acteur qui doit être concerné plus que les autres, mais d'autre part, il y a aussi la question de la vocation du campement.

« Ça ne peut pas juste être un camping. On ne fait pas un camping là. Il faut que ce soit une façon d'intervenir auprès des itinérants, qui s'inscrit dans une série de services qu'on leur donne. Et si ce n'est qu'un camping, pour moi cela n'a pas nécessairement sa place. C'est cela notre grand défi », affirme M. Pedneaud-Jobin

La CSPO demande une rencontre avec le maire, afin d'éviter un autre été difficile. Ses responsables feront parvenir une lettre à Maxime Pedneaud-Jobin, en vue d'obtenir une rencontre d'ici au 31 mars.

D'après un reportage de Louka Jacques

Plus d'articles

Commentaires