Retour

La fermeture du Centre éducatif Beausoleil pourrait être permanente

L'avenir de la garderie francophone municipale Beausoleil, dans la basse-ville d'Ottawa, est remis en question.

Le centre avait initialement fermé temporairement ses portes l'été dernier, le temps que des rénovations y soient faites.

Or, un comité municipal a appris jeudi que la Ville n'a plus de permis d'exploitation ni d'argent pour faire fonctionner le Centre éducatif Beausoleil.

Le directeur général des services sociaux et communautaires d'Ottawa, Aaron Burry, explique que le nouveau mode de financement des garderies, où les sommes sont allouées par enfant et non plus par établissement, change la donne.

« La plupart des enfants qui fréquentaient le centre Beausoleil ont pu être déménagés ailleurs dans le quartier », dit-il.

Logement communautaire d'Ottawa, le propriétaire de l'édifice de la rue York ou se trouvait le centre, est maintenant à la recherche d'un nouveau locataire qui offrira des services de garde.

Des services en français populaires

Cette révélation sur l'avenir de la garderie francophone a pris par surprise le conseiller Tobi Nussbaum.

« Mon hypothèse, et il faudra regarder de près les données disponibles, c'est que les enfants ont été déplacés vers des endroits qui sont moins pratiques », estime le conseiller, dont les propres enfants fréquentaient le centre Beausoleil.

Son collègue au conseil municipal Mathieu Fleury veut obtenir l'assurance que l'espace sera toujours occupé par une garderie francophone une fois les travaux terminés.

Le conseiller du quartier Rideau-Vanier prévoit déposer une motion lors de la prochaine réunion du conseil.

« Je comprends que la Ville se trouve dans une situation financière délicate, mais ça ne devrait pas être une excuse pour ne pas rouvrir cette garderie », plaide M. Fleury.

Le conseiller se dit ouvert à l'arrivée d'une garderie privée, sans but lucratif ou municipale, à la condition que celle-ci se trouve au même endroit.

Parent en colère

Au moins un parent d'un enfant qui fréquentait la garderie Beausoleil accuse la Ville d'Ottawa d'avoir planifié en douce la fermeture du centre éducatif.

À plus large échelle, Étienne Trépanier estime que ce sont toutes les garderies municipales d'Ottawa, 11 au total, qui sont menacées.

M. Trépanier déplore aussi l'absence de débat entourant le rôle de la Ville d'Ottawa dans les services de garde.

« Les garderies municipales offrent de bonnes conditions de travail pour les éducateurs et peuvent améliorer les services ailleurs en élevant les standards », ajoute le père.

Des garderies sous la loupe

Aaron Burry confirme que l'avenir des garderies municipales ottaviennes sera scruté à la loupe au cours des cinq prochaines années.

Le directeur général des services sociaux et communautaires a rappelé aux élus que le rôle de la Ville est d'offrir des services de garde dans les quartiers dévaforisés où d'autres options abordables sont inexistantes.

Une récente étude révèle qu'un nombre croissant de familles paient le plein prix des services de garde sans compter sur des subventions selon M. Burry.

« Nous allons revoir le mandat de base de ces garderies, et nous assurer que les frais payés conviennent aux quartiers », affirme-t-il.

Plus d'articles

Commentaires