Retour

La GAO invite le public à s'envelopper dans l'art avec Linceuil/Chrysalide I

L'artiste Catherine Richards invite le grand public à littéralement s'envelopper dans son oeuvre à la Galerie d'art d'Ottawa. Son installation participative Linceuil/Chrysalide I recouvre les participants d'un tissu de cuivre pour les mettre à l'abri des ondes électromagnétiques.

« Essentiellement, l'oeuvre, c'est une toile de tissu en cuivre, un fil de nylon recouvert de cuivre. [On enveloppe les participants] complètement de tête à pied. De cette façon, ils sont vraiment coupés des champs électromagnétiques », explique Roxanne Lafleur, qui assiste la créatrice de l'oeuvre.

« Aujourd'hui, on est bombardés par ces champs électromagnétiques », affirme-t-elle. « C'est encore plus valide aujourd'hui, je crois, que ce l'était [quand l'oeuvre a été créée] en 2000. »

Mme Lafleur souligne que Linceuil/Chrysalide I a été conçue avant la démocratisation de la technologie sans-fil et que l'oeuvre se voulait à l'époque un commentaire sur notre anxiété face à l'invisible.

« C'est, d'après moi, très reposant. On les laisse pendant un bon 20 minutes [sous le tissu] pour pouvoir vraiment voir l'effet », raconte-t-elle.

Mme Lafleur affirme que l'expérience n'est pas adaptée à tout le monde. Elle souligne notamment que certaines personnes claustrophobes pourraient éprouver un malaise.

Les curieux sont conviés tous les mercredis de 16 h à 19 h et les samedis de 13 h à 16 h jusqu’au 14 juillet à la salle de projets Stonecroft de la Galerie d'art d'Ottawa.

Plus d'articles