Retour

La GRC prévenue trois fois avant la fusillade au parlement d'Ottawa

La GRC, responsable de la sécurité sur la colline du Parlement, a reçu trois avertissements concernant la menace djihadiste dans les jours précédant l'attentat qui a coûté la vie au soldat Nathan Cirillo, le 22 octobre 2014. Un dossier de 1000 pages obtenu par CBC, le réseau anglais de Radio-Canada, révèle en outre que les effectifs policiers auraient dû être beaucoup plus importants ce jour-là.

Le 17 octobre, le Centre intégré d'évaluation du terrorisme faisait parvenir un avis à la GRC indiquant qu'une « action violente de terrorisme pourrait survenir ». Ce jour-là, la menace terroriste était passée de « basse » à « moyenne », une première en quatre ans.

Le lendemain, l'unité des Renseignements criminels distribuait une note de rappel aux policiers pour leur demander de rester vigilants, mentionnant que le groupe armé État islamique encourageait ses djihadistes et ses recrues en Occident à lancer des attaques contre les forces de sécurité des pays s'étant engagés dans la lutte à l'EI en Irak et en Syrie.

Puis, le 20 octobre, le Centre national de coordination du renseignement de la GRC faisait parvenir à tous ses membres un troisième avertissement, soulignant « les mesures de sécurité et de prévention concernant les menaces récentes de l'État islamique envers les forces de l'ordre » après l'attentat de Saint-Jean-sur-Richelieu, qui a coûté la vie à l'adjudant Patrice Vincent.

Compressions des forces policières

CBC a également mis la main sur un rapport rédigé en 2014 par le département des ressources humaines de la GRC indiquant que les policiers de la colline du Parlement ont lourdement souffert des compressions budgétaires ordonnées par le gouvernement Harper en 2012.

Son auteur, le superintendant Luc Lemire, soulignait que sur 177 postes autorisés, au moins 29 d'entre eux étaient vacants.

Ces documents s'ajoutent à un rapport critique déposé en mars 2015 par la Police provinciale de l'Ontario (PPO), qui avait été chargée d'enquêter sur les failles de sécurité autour du parlement d'Ottawa après l'attentat commis par Michael Zehaf-Bibeau.

Ce rapport révélait, entre autres, qu'une patrouille extraordinaire, mise en place après deux incidents mineurs survenus les 15 et 16 octobre 2014, avait été abandonnée quelques jours plus tard par la GRC.

Thomas Juneau, professeur adjoint à l'École supérieure d'affaires publiques et internationales de l'Université d'Ottawa, tient toutefois à relativiser ces révélations, affirmant que la menace générale venant de groupes terroristes était connue.

« Il n'y a personne qui avait averti la GRC ou le gouvernement des détails des attaques de Zehaf-Bibeau et de Couture-Rouleau. On n'en avait aucune idée. Les documents montraient qu'il y avait une possibilité d'attaque. Mais ça, on le savait déjà. Des évaluations de la menace [terroristes], il y en a qui sont produites quotidiennement », dit-il.

« Tant qu'il n'y avait pas d'indices précis des intentions de Zehaf-Bibeau et de Couture-Rouleau, ce n'était rien de nouveau, ces documents-là », ajoute-t-il.

Pour écouter cette entrevue à l'aide d'un appareil mobile, cliquez ici.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine