Retour

La loi Rowan pour protéger les jeunes des traumatismes crâniens

L'Ontario pourrait devenir la première province canadienne à adopter une loi visant à prévenir les commotions cérébrales.

Un texte de Patrick Pilon

Le projet de loi qui porte le nom d'une jeune athlète morte à la suite d'une commotion cérébrale a été déposé à l'Assemblée législative de l'Ontario.

C'est l'aboutissement d'un long combat pour les parents d'une adolescente de 17 ans. Rowan Stringer est devenue le visage d'une cause, celle de la sécurité des jeunes sportifs.

Elle est morte en 2013 après avoir reçu un violent coup à la tête durant un match de l'équipe de rugby de son école du quartier de Barrhaven, à Ottawa.

En juin, un jury du coroner avait recommandé l'adoption d'une loi spéciale pour sensibiliser entraîneurs et athlètes aux commotions cérébrales et mieux gérer les situations lorsqu'il y a commotion cérébrale dans les écoles secondaires ontariennes.

Selon la députée conservatrice de Nepean-Carleton, Lisa McLeod, le comité consultatif aura un an pour mettre en oeuvre des mesures de prévention et de traitement des commotions cérébrales.

Un processus nécessaire

L'entraîneur-chef de l'équipe masculine des Gee Gees de l'université d'Ottawa, Patrick Grandmaitre, voit d'un bon oeil l'arrivée de cette nouvelle législation.

« Plus l'entourage des athlètes est sensible à la question des commotions cérébrales, plus les jeunes sportifs seront protégés des conséquences de ces blessures. » affirme M. Grandmaitre.

Bien qu'il reconnaisse que le processus compliquera le retour au jeu des jeunes qui ont subi une commotion cérébrale, l'entraîneur-chef des Gee Gees de l'Université d'Ottawa croit que cet encadrement est nécessaire.

Même son de cloche pour Sébastien Lebel, enseignant à Peak Academy. 

Les écoles de l'Ontario sont déjà soumises à de nouvelles règles depuis le décès de la jeune Rowan Stringer

Mais les enseignants sont heureux que la province légifère.

Le projet de loi, qui compte déjà sur l'appui des trois partis, devrait être adopté à la mi-décembre.

Plus d'articles

Commentaires