Retour

La mort d'un travailleur sur un site industriel d'Ottawa suscite des réactions

La mort d'un travailleur sur la propriété de Lafarge, lundi, à Ottawa, est déplorée par un syndicat et par le père d'un autre homme qui a perdu la vie sur un chantier de la capitale plus tôt cette année.

Si l'enquête conclut que le drame de lundi est bel et bien un accident de travail, l'homme serait la 11e personne à perdre la vie dans un accident de travail depuis le début de l'année en Ontario.

La victime aurait perdu la vie en tombant dans une bétonnière, selon les ambulanciers paramédicaux.

Pour le Conseil du travail d'Ottawa et du district, les normes de sécurité doivent être suivies en tout temps sur les chantiers de la province. Le président du syndicat, Sean McKenny, soupçonne qu'elles n'ont pas été observées il y a deux jours.

Des amendes plus salées

De son côté, Christian Bruneau, le père d'un homme mort sur un chantier de construction à Ottawa en mars dernier, réclame des amendes plus élevées aux contrevenants à la Loi du travail.

En mars dernier, Olivier Bruneau, 24 ans, a perdu la vie dans un chantier de la capitale après qu'un énorme bloc de glace fut tombé sur lui.

Pour son père, l'imposition de pénalités plus élevée serait un incitatif à prendre la sécurité des travailleurs plus au sérieux. Il souligne que les amendes demandées n'ont pratiquement pas changé en 20 ans en Ontario.

En Ontario, l'amende maximale pour un manquement à la sécurité est de 25 000 $ pour une personne et de 500 000 $ pour une entreprise.

Avec les informations de Michel-Denis Potvin

Plus d'articles

Commentaires