Retour

La nouvelle version de Place des peuples n'impressionne pas les résidents du quartier du Musée

Les réactions sont vives dans le quartier du Musée à la suite de la révélation du nouveau concept du projet Place des peuples du groupe Brigil. Certains résidents croient qu'il s'agit d'un projet visionnaire, mais la majorité de ceux qu'ICI Radio-Canada a rencontrés soutient que la nouvelle version est toujours aussi démesurée.

Que les tours soient maintenant courbées ou qu'elles aient ou non l'empreinte bien distincte d'un architecte de renom tel que Douglas Cardinal n'y change rien.

La hauteur des deux édifices de 35 et 55 étages demeure le principal litige, la pierre d'achoppement, entre le groupe Brigil et les résidents.

« Qu'il aille ailleurs, pas dans ce coin-ci! », a lancé tout de go René Martin, un résident de la rue Notre-Dame-de-l'Île.

Le président de Brigil Gilles Desjardins a beau dire que son nouveau concept est fait à l'échelle humaine, les résidents n'en démordent pas, les tours n'ont pas leur place dans le quartier du Musée.

« Malgré que le bas des édifices soit de trois ou quatre étages, les tours sont immenses », soutient Line Constantine de l'association Protégeons le quartier du Musée.

« Qu'on [ne me dise pas] qu'on ne verra pas les tours, ce serait impossible de ne pas les voir! »

Hauteur immuable

Dans une entrevue qu'il a accordée à l'animateur Philippe Marcoux de l'émission les Matins d'ici, vendredi, Gilles Desjardins a soutenu que cela n'a jamais été dans ses intentions de réviser la hauteur des deux tours.

« Au centre-ville de Hull, ce n'est pas comme à Paris. Il y a des édifices de 32 étages. Si on fait un centre d'observatoire à 22 étages, [aussi bien dire] qu'il n'y a pas de projet. Il n'y aura rien à voir! »

Il demeure convaincu que le nouveau concept architectural et les changements apportés à l'esplanade, qui sera recouverte d'un toit de verre, permettront d'intégrer son projet au quartier.

Les résidents demandent à être convaincus. En tête de liste, Claude Royer de l'Association des résidents de l'Île-de-Hull.

« C'est sans fondement parce qu'encore une fois sur ce terrain-là, l'échelle humaine pour des tours comme ça, on ne peut pas les intégrer de façon conviviale avec la rue. Ça va surplomber la rue de façon atroce! », a-t-il dit.

Toutes ces préoccupations, toutes ces inquiétudes, Gilles Desjardins dit les avoir entendues.

« Toutes les questions qu'on s'est fait poser à propos de l'échelle humaine et sur le patrimoine, on y a répondu en allant chercher le plus grand architecte du Canada [Douglas Cardinal], pour pouvoir répondre à toutes ces [préoccupations]. »

Sécurité

Si plusieurs résidents craignent de perdre leur qualité de vie, au Collège St-Joseph dont le stationnement est situé dans le périmètre du projet, on s'inquiète plutôt pour la sécurité des élèves.

La direction dit qu'elle préfère ne pas accorder d'entrevue avant que son conseil d'administration n'ait pris position sur le projet d'ici quelques semaines.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine