Aleksandra Wozniak a dû travailler fort pour battre Katie Swan, mardi, au premier tour du Challenger de Gatineau. Elle a finalement eu le dessus sur la Britannique en deux manches de 7-6 et 6-1.

Un texte de Kim Vallière

La sixième tête de série n’a pas réussi à faire preuve de constance avec son service pendant la première manche, en ne marquant sur son premier essai que dans 62 % des cas. Swan, 18 ans, a même réussi briser son service avant la fin de la manche.

L’expérience de la Québécoise de 29 ans a fait la différence dans la deuxième moitié du match contre la 358e raquette mondiale.

« Elle frappait assez bien offensivement, donc il fallait que je joue du tennis intelligent, que je sois patiente et que j’attende la bonne balle pour avancer », a expliqué Wozniak après son duel.

Cette patience, Wozniak l’a apprise à la dure. Rien ne semblait pouvoir l’arrêter en début de vingtaine, lorsqu’elle a atteint le 21e rang mondial. Pourtant, elle a dû tout recommencer, deux fois plutôt qu’une.

« J’ai souffert d’un épuisement professionnel en avril 2010 parce que je voulais trop en faire et je m'entrainais beaucoup trop. Les blessures ont commencé. Là, c’était une période plus difficile. Quand tu es là, tout le monde veut un morceau de toi. Il faut que tu apprennes à gérer toutes ces émotions-là », a raconté la native de Blainville.

Wozniak s’est alors mise à dégringoler au classement mondial, mais elle a réussi à reprendre le contrôle et à amorcer une remontée.

Encore là, sa patience a été mise à rude épreuve. En septembre 2014, elle occupait le 108e rang mondial, mais elle a dû subir une opération à l’épaule droite pour réparer des cartilages.

L’athlète dispute sa deuxième année de compétition après la chirurgie. La mécanique de l’épaule et la confiance prennent du temps à revenir au point où ils étaient avant la blessure. Elle est maintenant classée au 319e échelon au classement de la WTA.

« Souvent, nous les athlètes, on est impatients », a rappelé Wozniak après sa première victoire à Gatineau. « On essaie de rester dans cette bulle-là, cette mentalité-là de rester positif, de continuer à avancer et de ne pas trop se concentrer sur le résultat pour ne pas se décourager. »

Elle estime qu’elle fait constamment des progrès et que sa passion pour son sport va lui permettre d’atteindre son objectif, soit de retrouver sa place parmi les 100 meilleures joueuses au monde.

Au deuxième tour, Wozniak affrontera Elena Bovina. La Russe tente elle aussi un retour parmi l’élite du sport.

Elle a déjà occupé le 14e rang mondial en 2005. À 34 ans, elle est présentement 957e et a obtenu une place dans le tableau principal à Gatineau en passant par les qualifications.

Bovina a remporté son match de premier tour contre Zuzana Zlovocha en deux manches de 6-1 et 6-4.

Bons débuts pour le champion en titre chez les hommes

Mardi marquait aussi l’entrée en scène de plusieurs autres têtes d’affiche canadiennes au Challenger de Gatineau. En tout, cinq Canadiens ont obtenu leur laissez-passer pour le second tour. Denis Shapovalov, Aleksandra Wozniak, Peter Polansky, Brayden Schnur et Carson Branstine poursuivent donc l'aventure.

Peter Polansky a amorcé la défense de son titre avec une victoire contre le Japonais Hikori Moriya. L’Ontarien de 29 ans n’a jamais été ennuyé et s’est sauvé avec un gain en deux manches identiques de 6-2 en 69 minutes.

Le Torontois Denis Shapovalov a été le dernier a obtenir son laissez-passer pour le 2e tour tard mardi soir après un match de près de deux heures contre le Canadien Philip Bester. Il devra maintenant se mesurer à l'Australien Max Purcell.

Les matchs du deuxième tour débutent à 11 h mercredi au parc de l'Île.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine