Retour

La police de Gatineau augmente l'utilisation des pistolets Taser

Le déploiement des armes à impulsion électrique, communément appelées pistolets Taser, est commencé au sein du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG).

Depuis le début octobre, une vingtaine d'agents sont munis d'une telle arme, réservée jusqu'ici aux policiers du groupe d'intervention.

Le SPVG affirme toutefois que les policiers devront les utiliser dans des circonstances spécifiques et selon des normes strictes.

Le chef de police, Mario Harel, dit que ces armes vont « assurer une meilleure sécurité des citoyens. »

En mars dernier, le service de police annonçait l'acquisition de 20 armes à impulsion électrique, qui s'ajouteraient aux 14 déjà utilisées par le groupe d'intervention.

Les policiers ont reçu la consigne d'utiliser ce pistolet de trois façons :

  1. directement sur la personne;
  2. à distance, en projetant deux sondes liées à des filins, qui, une fois sur la cible, libèrent une onde électrique;
  3. ou en activant le pistolet, sans effectuer de décharge, tout en avisant le suspect qu'on pourra en faire usage s'il ne coopère pas.

Serge Guidon, inspecteur responsable du déploiement des armes à impulsion électrique (AEI) à la police de Gatineau, donne des détails sur l'utilisation de ces pistolets :

Selon Serge Guindon, l'inspecteur responsable du déploiement des armes à impulsion électrique (AEI) à la police de Gatineau, cette troisième option permet aux policiers de réussir leur intervention. Il ajoute que le pistolet peut aussi « sauver des vies. »

« Ces policiers sont appelés à répondre à des interventions où il y aurait des gens qui souffriraient de troubles de santé mentale qui seraient très agressifs, [des situations] qui mettraient la vie de cette personne là en jeu, même celles des policiers », explique l'inspecteur Guindon.

Autres critères: la décharge de tous les pistolets Taser est limitée à 5 secondes et chaque utilisation sera enregistrée et analysée, afin de s'assurer que les règles sont bien suivies.  

Les personnes atteintes d'une décharge seront transportées automatiquement à l'hôpital par précaution. 

La formation des policiers est maintenant complétée.

Les pistolets Taser ont été déployés dans tous les secteurs de la Ville et selon le SPVG, aucun patrouilleur muni de cette arme n'y a eu recours à ce jour.

Complications physiques

Avec les informations de la journaliste Nathalie Tremblay

Plus d'articles