Retour

La réforme des services d'autisme en Ontario inquiète les parents

La réforme ontarienne des services d'autisme inquiète les parents francophones de la province. C'est que trop de détails restent à préciser. Une incertitude qui ne rassure pas les parents, comme Monique Lavoie, mère du petit Stewart.

Stewart a cinq ans et adore les dessins. Son trouble d'autisme est modéré et il a besoin de services spécialisés privés dont le coût s'élève à trois cents dollars par semaine. Sa mère déplore le manque de services.

Le problème, c'est qu'il est trop vieux pour les services publics, le programme d'intervention comportementale intensive est très coûteux et seront maintenant réservés aux enfants de deux à quatre ans

Les francophones défavorisés?

La présidente de la Société franco-ontarienne de l'autisme, Mercedes Rebolledo-Bolduc, craint que les jeunes autistes francophones soient pénalisés.

« Les services de CHEO sont limités aux touts petits et il y'a une liste d'attente pour les anglophones et pour les francophones », indique Mercedes Rebolledo-Bolduc.

Avec les informations de Gilles Taillon

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine