Retour

La région d'Ottawa et de Gatineau : une terre d'accueil par excellence

Les villes de Gatineau et d'Ottawa ont une longue tradition d'accueil des réfugiés. Au fil des décennies, elles ont toujours été aux premières loges des municipalités qui acceptent de recevoir un grand nombre de migrants en difficulté.

Un texte de Angie Bonenfant

Cette année ne fait pas exception. La crise qui sévit en Syrie et qui force l'expatriation de milliers de personnes a eu une forte résonnance dans la région de la capitale nationale.

On l'a entendu dans les propos du maire Maxime Pedneaud-Jobin, il y a quelques jours, statuant que Gatineau a la capacité d'accueillir davantage de réfugiés. Elle veut en faire plus.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson - qui a tenu un forum public sur la crise des migrants syriens en octobre - a lancé un appel de générosité à ses citoyens, qui ont répondu en grand nombre.

La région d'Ottawa et de Gatineau fait montre de générosité. En voici quelques exemples...

Il y a 40 ans, des réfugiés vietnamiens

En 1975, des milliers de Vietnamiens fuient leur pays. Le Vietnam du Sud capitule devant les forces communistes du Nord. Les fugitifs empruntent la mer dans des embarcations de fortune, au péril de leur vie.

Ces « boat people » ne sont pas les bienvenus partout. Certains pays refusent de les accueillir, mais le Canada décide d'en recevoir des milliers.

C'est à Ottawa, grâce aux efforts soutenus de la mairesse de l'époque, Marion Dewar, que l'accueil est le plus important.

Son Projet 4000, qui jumelait un réfugié à un résidant d'Ottawa, voit le jour en 1979. Il connaît un succès immédiat.

Voici un extrait vidéo de nos collègues de CBC, qui avaient couvert les démarches de la mairesse :

Grâce à ce programme de parrainage sans précédent, la capitale nationale, qui comptait à cette époque 400 000 habitants, a accueilli 4000 réfugiés.

L'arrivée de cette vague de réfugiés représente une étape importante dans l'évolution démographique de la région d'Ottawa et de Gatineau.

L'arrivée des Kosovars, il y a 15 ans

Dès 1998, les violences du régime serbe contre les Albanais de la province du Kosovo obligent le déplacement de centaines de familles kosovares.

Par la suite, la campagne de bombardement menée par l'OTAN contre la Serbie a accentué ces mouvements de population.

Au printemps 1999, quelque 5000 réfugiés arrivent au Canada. De ce nombre, des centaines aboutissent au Québec.

Gatineau ouvre grandes ses portes et accueille une soixantaine de familles du Kosovo.

Celles-ci sont reçues temporairement par des organismes, mais aussi des citoyens. C'est le début d'une nouvelle vie.

Quelques mois plus tard, à la fin du conflit, les Kosovars peuvent retourner dans leur pays. Nombreux sont ceux toutefois qui décident de rester dans la région.

La Ville évalue que 600 personnes originaires du Kosovo ont trouvé refuge à Gatineau.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine