Retour

La région se recueille encore après les attentats de Paris

À Ottawa comme à Gatineau des gestes de solidarité et de recueillement ont eu lieu lundi. Tant au Conseil des arts qu'à l'Université du Québec en Outaouais (UQO), on a observé des minutes de silence.

À l'UQO la minute a été observée en entier. Les visages étaient sombres, tristes, recueillis et les larmes, elles, impossibles à contenir.

« Le fait que vous participiez à nous soutenir ça me touche, ça me fait chaud au coeur. J'observe qu'on n'est pas tous seuls et que vous êtes avec nous » raconte Richard, un ressortissant français qui porte fièrement un chandail de l'équipe de France de soccer.

Assen, de Paris, est soulagé que sa famille soit saine et sauve et tient à souligner le geste de l'UQO

À Ottawa un moment de silence a aussi été observé au Conseil des arts du Canada auquel a pris part la ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly.

« Ça m'a touché profondément, moi-même j'ai des amis à Paris et j'étais préoccupée par leur sort », indique la ministre.

Dans la foule se sont aussi retrouvés des employés d'une entreprise de technologie qui occupe les étages supérieurs de l'édifice. Parmi eux, Édouard, un jeune parisien, qui est au pays depuis à peine deux mois.

Sa famille habite à dix minutes du Bataclan.

« Mon frère travaille et il doit prendre le train. Il avait une boule au ventre ce matin comme tous les Parisiens d'ailleurs », dit-il.

Édouard est solidaire des siens, mais il aimerait l'être davantage près d'eux. Il dit toutefois trouver ici une écoute et un soutien.

D'après le reportage de Michel-Denis Potvin

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine